Vous êtes ici :   Accueil » Réunion 16 Novembre
 
Actualités
 ↑  
Présentation
Les sections
Rétrospectives
Administration
Visites

 785725 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

SECTION « PLANTES & NATURE »

Résumé de la rencontre botanique du jeudi 16 novembre 2017

La saison 2017 des randonnées botaniques s’est achevée au Parc de Kéravéon le 26 octobre dernier mais la section a proposé un cycle court de 2 réunions en salle, consacrées à une initiation à la botanique. Cette première rencontre a reçu un bon accueil, puisque nous retrouvâmes une bonne quinzaine de passionnés autour de la table du premier étage, pour apprendre ou réviser les notions les plus élémentaires sur les fleurs. Jean-Bernard durant la première heure a ‘improvisé’ un cours sur la fleur et les fruits.

groupe1.jpg

LES FLEURS


Définition des plantes à fleurs ou phanérogames. Il est préférable de les désigner par le substantif spermaphytes i.e. plantes à graines (du grec sperma = graine et phytos : plante) pour prendre en compte les éléments floraux particuliers des conifères.

Rappel des caractères des gymnospermes (Pinophyta) et des Angiospermes (Magnoliophyta), ces dernières se divisant en plantes dicotylédones (Magnoliopsida) aptes à se ramifier dans ses parties aériennes et en plantes monocotylédones (Liliopsida) dont le développement aérien est, sauf exceptions, sans divisions (rosettes, touffe, liane simple, chaume …)

Distinction entre les fleurs mâles, femelles et hermaphrodites. Les plantes portent le plus souvent des fleurs hermaphrodites. Cependant, certaines portent des fleurs mâles et des fleurs femelles distinctes sur un même sujet. Elles sont dites monoïques. Mais lorsque ces fleurs mono-sexuées mâles et femelles sont portées sur des sujets distincts, ces espèces sont dites dioïques. C’est le cas du houx (Ilex) et de toutes les plantes dont les pieds sont monosexués.

Description de la morphologie des différents types de fleurs et des organes sexuels des fleurs hermaphrodites.

Organes femelle : Pistil ou gynécée à ovaire supère ou à ovaire infère. Carpelles (= ovaires) simples ou multiples, libres ou adhérents, à une ou plusieurs loges contenant chacun une ovule, rarement deux (gémellité vraie). Conceptacle des fleurs à ovaire infère et réceptacle des fleurs à ovaire supère. Stigmate et style propres à recueillir le pollen dont les grains contiennent les gamètes mâles.

Organes mâle : Étamine ou Androcée composée d’un stylet plus ou moins long (parfois réduit à sa plus simple expression) à l’extrémité duquel se trouve l’anthère qui contient le pollen en général dans des sacs polliniques qui s’ouvrent pour libérer les grains de pollen.

Dans tous les cas, ces organes sont entourés par les autres composants de la fleur dans une infinité de combinaison. Les principaux éléments sont protecteurs du gynécée et de l’androcée et pour certains attractifs par leur couleur ou leur parfum.

Le pédoncule est la tige qui porte la fleur. Si le pédoncule est absent la fleur est dite caulinaire (portée par la tige) Les sépales et les pétales forment le périanthe mais chez les astéracées on parle de capitule. Le capitule est l’ensemble des organes floraux des fleurs du type marguerite, de bas en haut : involucre, réceptacle fleurons tubulaires groupées au centre, fleurons stériles ligulées à la périphérie. Les ligules tiennent lieu de pétales.

La corolle d’une fleur (certaines fleurs n’ont pas de corolles – notamment les apétales) est formée par les seuls pétales. Elle prend des formes très variées et tout un vocabulaire s’attache à les nommer, selon leur forme :

Corolles caryophyllées : Type oeillet
cruciées : 4 pétales des Brassicacées (crucifères)
urcéolées : Ericacées et Muscaris … (urnes,lanternes)
campanulées : Gentianacées et Campanulacées (cloches)
infundibuliforme : Malvacées, Convolvalées …(entonnoir)

hypocrateiformes : Jasmin, Pervenches …(coupe)
rotacées : Bourrache, Morelle … (selon unrayonnement)
bilabiées : tube à 2 lèvres - Lamiacées
personées : Scrofulariacées, Orobanchacées,
Plantaginacées (gueule de loup, visage)
éperonnée : Balsamines et linaires par exemple
papilionacées : Fabacées
ligulées ou tubulées : capitules des Astéracées parfois des Dipsacacées et des Apiacées(Panicauts).
ou cas particulier des fleurs des euphorbiacées (Cyathium) et des orchidées.

Par ailleurs, on classe les fleurs en fleurs actinomorphe (Fleurs régulières : liseron, aster, églantine …) à symétrie radiaire et en fleurs zygomorphes à symétrie bilatérale (Chèvrefeuille, orchidée, pélargonium …) Lorsqu’il n’y a pas de symétrie du tout (rare), on dit que ce sont des fleurs asyméthranthes (Canna, maranta

groupe2.jpg

Groupement de fleurs

Les inflorescences composées de plusieurs fleurs, portent des noms spécifiques, schématisées dans le tableau ci-dessous

groupement_fleurs.jpg

LES FRUITS


De la pollinisation résulte la transformation des organes femelles de la fleur en fruit.
Chez les Gymnospermes, les cônes ne sont pas des fruits à proprement parler mais les supports des grainesnues des gymnospermes.
Chez les Angiospermes, les principaux types de fruits sont :


¤ les akènes (simples ou composés), fruits secs indéhiscents (fruit qui ne s’ouvrent pas à maturité). Tels que les fruits du pissenlit, des Apiacées ou des carex.
¤ les capsules, fruits secs déhiscents (qui s’ouvrent à maturité) tels que les magnolias, les ancolies l’anis étoilé, les iris, les orchidées etc…
¤ les baies, fruits entièrement charnus dont les graines sont des pépins. (Avocat, orange, melon, raisin, tomate, groseille, arbouse …)
¤ les drupes, fruits charnus à noyaux (Cerise, prune, micocoulier, etc.


Et cas particuliers des fruits composés formés par une seule fleur à gynécée dialycarpellée et des.faux-fruits formés à partir d’une seule fleur ou de plusieurs fleurs mais organes charnus issus de pièces autres que celles constitutives d’un fruit au sens botanique. (Ananas, fraise, cynorrhodons, figues etc.

La seconde heure fut consacrée à des travaux pratiques, grâce à la collecte de fleurs effectuée par Monique et Michel (photo ci-dessous). Chacun a pu manipuler voire décortiqué les fleurs d’un grand nombre de types floraux décrits auparavant. Il va sans dire que la cueillette ne comportait que des plantescommunes ne faisant l’objet d’aucune protection légale.

groupe3.JPG

Enfin, je n’oublie pas le muguet des pampas [Salpichroa origanifolia (Lam.) Baill.], une plante de la famille des Solanaceae, originaire d’Amérique du sud dont Michel nous a apporté quelques exemplaires. Découverte récemment du côté de Locmariaquer, c’est une plante naturalisée dans les pays méditerranéens et le long de toutes les côtes françaises. Elle est classée invasive en Italie et en Espagne. C’est une herbacée vivace qui produit des baies blanchâtres comestibles dont on fait des conserves en Argentine et au Paraguay.
Donnée pour les climats tempérés de rusticité 8 et 9, elle est plutôt rampante et peut atteindre 1,50m. Ces fleurs de Solanaceae sont cependant gamopétales, en forme de lanterne ouverte, pendante, dont la corolle est entre campanulée et urcéolée.

muguet_pampas.JPG


Date de création : 22/11/2017 @ 04:08
Catégorie : Actualités - Plantes et Nature
Page lue 41 fois
Précédent  
  Suivant

Vous êtes ici :   Accueil » Réunion 16 Novembre

Conformément à la loi française Informatique et Liberté (article 34), vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant.

Foyer Laïque de Carnac - Association loi 1901 - Tél : 02.97.52.63.48 - foyerlaique.carnac@free.fr