En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Sainte Barbe - Le Bégo
 

Actualités

Présentation

Les sections

Rétrospectives

Administration

Visites

 1237015 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Sainte Barbe - Le Bégo

PLANTES ET NATURE

Compte rendu de la sortie du 18 Mai

Entre Sainte Barbe et le Bégo

C’est vers les prairies humides des ‘bas’ de Sainte Barbe et le long des pistes et chemins qui mènent au Bégo, que s’est déroulée la quatrième randonnée de l’année. Les récentes pluies et le temps menaçant n’avait pas enclin nos fidèles compagnons à risquer une douche écossaise et nous ne sommes que 10 participants au départ de la chapelle.

groupe.JPG

Le groupe sur le chemin bucolique de Sainte Barbe

Deux milieux différents seront ainsi explorés : les prairies humides de la zone arrière-dunaire, situées entre la piste cyclable et les pentes du plateau, puis les dunes grises du Bégo. Les plantes qui suivent seront observées :
Chardon Marie (Silybum marianum (L.) Gaerthner) Asteraceae – Grand chardon au feuillage vert marbré de blanc et aux fleurs en capitules entourées de grandes bractées acérées, caractéristiques.
Laiteron maraîcher (Sonchus oleraceus L.) Asteraceae - Adventice des cultues et des sols riches. Herbacée à la sève laiteuse.
Moutarde des champs - Sénevé (Sinapis arvensis L.) Brassicaceae – Très commune d’origne méditerranéenne. Calcicole (Préfère les sols calcaires). Plusieurs moutardes se ressemblent beaucoup et leur détermination est délicate. Plante très proche de la moutarde noire [Brassica nigra (L.) Koch]. La moutarde de Dijon est fabriquée avec les graines de la moutarde brune, Brassica juncea.
Chardon à petits capitules (Carduus tenuiflorus Curtis) Asteraceae – Un des chardons vrais, très commun.
Sauge verveine ou Sauge faux-horminum (Salvia verbenaca L.) Lamiaceae – Sauge à fleurs violette, commune partout.

image1.jpg

image2.jpg

Capselle 'Bourse à Pasteur' [Capsella bursa-pastoris (L.) Med.] Brassicaceae – Petites fleurs blanches en racème simple. Les fruits sont des silicules en forme de coeur (ou bourse) qui semble vide.
Clématite vigne-blanche - Herbe aux gueux - Clématite des haies (Clematis vitalba L.) Ranunculaceae – Longue liane, vivace, ligneuse, calcicole, se ramifiant, aux fleurs blanches groupées. Ses fruits sont des akènes plumeux.
Maceron cultivé (Smyrnium olusatrum L.) Apiaceae – Ombellifère de printemps à fleurs jaune pâle. Plante entièrement comestible qui a été cultivée dans le passé.

image3.jpg

Lagure - Queue de lièvre (Lagurus ovatus L.) Poaceae – Le minou-minou des bouquets secs.
Chélidoine 'Grande éclaire' ou Herbe aux verrues (Chelidomium majus L.) Papaveraceae – Du latin chelodonium = hirondelle. La plante fleurit à l’arrivée de ces oiseaux migrateurs et disparait avec elles. Plante d’ombre et endroits frais ou sous-bois clairs. Feuilles pennatiséquées, tendres et vert glauque en sous-face. Fleurs à 4 pétales jaunes lumineux. Contient un latex jaune-oranger toxique dont on dit qu’il élimine les verrues par application directe.

image4.jpg

OEnanthe safranée (OEnanthe crocata L.) Apiaceae - Ombellifère très commune et toxique, des lieux humides.
Patience à feuilles obtuses (Rumex obtusifolius L.) Polygonaceae – Plante adventice des cultures et des endroits argileux, humides voire tassés. Voisine de la grande oseille, son extension dans le monde et son pouvoir de multiplication rapide en fait un des principaux obstacles à l’agriculture biologique. Son éradication est très difficile.

Ache faux-cresson [Apium nodiflorum (L.) Lag.] Apiaceae – Plante des fossés et lieux inondables. Très petites fleurs en ombelles. Rayons peu nombreux.

image5.jpg

Coquelicot (Papaver rhoeas L. ) Papaveraceae – Le grand coquelicot est une plante symbolique des couleurs nationales avec le Bluet (Centaurea cyanus) et la Marguerite des champs (Leucanthemum vulgare).
Renoncule âcre – Bouton d’or (Ranunculus acris L.) Ranunculaceae – Plante envahissante dans les prairies et toxique pour le bétail.
Trèfle renversé (Trifolium resupinatum L.) Fabaceae – Encore un trèfle assez commun. Espèce couramment cultivée comme fourrage au moyen orient. Très répendu dans le monde.

image6.jpg

Menthe à feuilles rondes (Mentha suaveolens Ehrh.) Lamiaceae
Iris des marais (Iris pseudacorus L.) Iridaceae – Très bel iris jaune se multipliant par extension des rizhomes et par les graines capables de flotter durant un an tout en gardant leur pouvoir germinatif. Plante invasive des douves, marécages et étangs. Aurait inspiré la fleur de lys des armoiries royales de France (On peut aussi évoquer la rivière Lys qui abrite des colonies de cet iris).
Sureau noir (Sambucus nigra L.) Caprifoliaceae / Adoxaceae – Grand arbrisseau (de 3 à 8 m). Fleurs blanc-crème en corymbes pendantes. Tiges creuses connues des enfants pour être propres à la confection de flutiaux. Plante aux nombreux usages médicaux et alimentaires.
Attention ! Il existe une espèce très voisine appelée Sureau hièble ou yèbe, dont les fruits sont toxiques. On la reconnait par sa hauteur qui ne dépasse as 2 mètres, par son odeur fétide et par ses fleurs en corymbe dressées et non pendantes.

image7.jpg

Silène ‘fleur de coucou’ (Lychnis flos-cuculi L.) Caryophyllaceae - Espèce très commune dans les prairies humides.
Patience crépue (Rumex crispus L.) Polygonaceae – Autre Rumex très commun.
Sisymbre ofiicinal ou Herbe aux chantres [Sisymbrium officinale (L.) Scop.] Brassicaceae – Plante rudérale, grêle, ramifiée aux tiges raides. Très petites fleurs jaunes de cruciféres.

image8.jpg

Orchis à fleurs lâches [Anacamptis laxiflora (Lam.) R.M. Bateman, Pridgeon & M.W. Chase] – Une des orchidées les plus communes des prairies humides. Calcicole.
Renoncule sarde (Ranunculus sardous Crantz) Ranunculaceae – D’origine méditerranéenne elle est présente en Sardaigne. Commune un peu partout.
Ophioglosse commun – Langue de serpent (Ophioglossum vulgatum L.) Ophioglossaceae – Fougère de forme archaïque, rare partout mais dont la répartition s’étend sur une grande partie de l’Hémisphère nord. L’épi central est une fronde transformée qui porte les sporanges. L’autre fronde en forme de feuille est stérile.

image9.jpg

Asperge officinale (Asparagus officinalis L.) Asparagaceae – Plante vivace dioïque. D’une griffe souterraine se développent au printemps des turions comestibles consommés en France depuis le Xvème siècle. (Ils étaient pourtant consommés au moyen orient depuis 3000 ans). Les feuilles réduites à de minuscules écailles ne sont guère visibles sur la partie aérienne de la plante et sont remplacées par des cladodes.
Asperge prostrée (Asparagus officinalis ssp. prostratus) Asparagaceae – Sous-espèce au port couché de l’Asparagus officinalis propre aux sables maritimes.

Les asperges rencontrées dans le massif dunaire sont sauvages mais peuvent provenir aussi d’ancienne cultures car la plante est anémochore. Non protégée, vous pouvez récolter des turions comme certains en ont fait l’expérience. Ils ne manqueront pas, je l’espère, de nous informer sur la qualité de leur récolte.

Bryone – Navet du diable (Bryonia cretica ssp. dioica Jacq.) Cucurbitaceae – Plante volubile de la famille des melons. Plutôt toxique, elle est aussi appelée « navet du diable ». Fausse plante de sorcière, sa très grosse racine difforme, fut vendue par le passé sur les marchés à la place de celle de la Mandragore.

image10.jpg

Orge des rats (Hordeum murinum L.) Poaceae - Quel enfant n’a pas glissé un jour, un épi de cette plante dans la manche de son voisin ?
Panicaut des champs ou Chardon-Roland (Eryngium campestre L.) Apiaceae – Sorte de faux-chardon aux fleurs verdâtres, cousin sans intérêt du chardon bleu des dunes (Eryngium maritimum), plante protégée.
Gaillet des sables (Galium arenarium Loisel.) Rubiaceae – Gaillet peu commun, inféodé au littoral atlantique des Côtes d’Armor à l’Espagne occidentale. Petite plante basse, feuilles verticillées épaisses par 6/10 . Fleurs jaunes.

image11.jpg

Raisin de mer (Ephedra distachya L.) Ephedraceae – Sous arbrisseau prostré des sables atlantiques. Son cousin chinois (Ephedra sinica) fait partie de la pharmacopée traditionnelle chinoise depuis des millénaires. On en extrait l’éphédrine qui stimule le système nerveux central, surtout utilisé comme décongestionnant nasal et en traitement de l'asthme.
Torilis noueux [Torilis nodosa (L.) Gaertner] Apiaceae – Petite ombellifère annuelle à fleurs blanches, assez commune.
Lotier corniculé (Lotus corniculatus L.) Fabaceae – Petite légumineuse très commune, notamment sur les zones littorales. Fleurs jaune vif.

image12.jpg

Cynoglosse des dunes endémique (Omphalodes littoralis Lehm.) Boraginaceae - Plante assez rare, protégée au niveau européen. En expansion rapide le long de la côte des mégalithes.
Ophrys abeille (Ophrys apifera Huds.) Orchidaceae- Petite orchidée élégante peu commune, figurant sur la liste rouge du massif armoricain (Lrma).

image13.jpg

Ophrys de la Passion (Ophrys passionnis Sennen...) Orchidaceae – Commune sur les dunes grises.

image14.jpg

Alysson champêtre (Alyssum simplex, Rudolphi) Amaryllidaceae – Plante très rare, figurant sur la liste rouge du massif armoricain.
Rosier à feuilles de pimprenelle (Rosa pimpinellifolia L.) Rosaceae – Petit rosier prostré, tapissant parfois les dunes grises.
Cirse des marais [Cirsium palustre (L.) Scop.] Asteraceae – Plante très commune en zone humide.

image15.jpg

Ansérine - Herbe aux oies (Argentina anserina (L.) Rydb.) Rosaceae - Précédemment classée dans le genre Potentilla. Feuilles composées, folioles dentées, au revers argenté très reconnaissable. Commune en mileux humides.
Linaire des sables ou Petite linaire (Linaria arenaria DC) Scrophulariaceae/Plantaginaceae – Petite plante inféodée aux sables littoraux et aux dunes grises. Malgré son abondance dans notre petite région, elle est peu commune et protégée au niveau national. Elle est inscrite sur la liste rouge de la flore française (Lrff) et sur la liste rouge du massif armoricain (Lrma).
Vesce de Bithynie (Vicia bithynica L.) Fabaceae – Ravissante petite liane plutôt grêle, à fleurs bicolores. Peu commune.

image16.jpg

Le retour fut un peu précipité, le ciel orageux devenant de plus en plus menaçant. Avant de vous quitter je reviens sur le chemin de Sainte Barbe à Glevenay. Michel nous offre ci-dessous une charmante vue des bords de la mare, avant qu’une faucheuse vienne ruiner ce paysage enchanteur. Et vous trouverez plus bas un album des 17 orchidées présentes dans la région de Carnac.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Berge d’une mare de rêve

image17.jpg

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Album des orchidées de chez nous
¤¤¤


La famille des orchidacées est la plus vaste du règne végétal avec plus de 25.000 espèces. Leur diversité est grande. Il faut d’abord distinguer les orchidées terrestres qui poussent dans le sol, des orchidées épiphytes, saprophytes et lithophytes qui poussent sur les arbres vivants, les bois morts ou les rochers moussus.

Ces dernières, ne parasitent pas les arbres ou les végétaux sur lesquels elles croissent. Elles sont tropicales, subtropicales ou hôtes des forêts pluvieuses tempérées. Elles ne trouvent leurs ressources nutritives que dans l’humidité de l’air ambiante et dans les matières organiques qui tombent naturellement sur leur environnement immédiat. Ce sont quelques unes de ces genres d’orchidées qui sont cultivées en masse et vendues par tous les fleuristes du monde, en raison de leur culture assez facile et leur fleuraison particulièrement longues (Phalaenopsis, Dendrobium, Vanda, Miltonia, Oncidium, Cambria, Paphiopedilum, Pleiones et Cymbidium sont les principaux genres concernés).

Quand aux orchidées terrestres, on les trouve sous tous les climats, à l’exception des zones polaires et de certaines zones désertiques. En Europe occidentale tempérée, elles sont souvent calcicoles, c’est la raison pour laquelle la Bretagne n’en compte que 26 espèces sauvages sur 130 en France. Elles ne croissent en nombre que le long du littoral, là elles trouvent un peu de calcaire dans les sables coquilliers anciens.
Les orchidées de la côte des mégalithes

Voici les images des 17 espèces que vous aurez peut-être la chance de rencontrer autour de Carnac :

image18.jpg

image19.jpg

image20.jpg

Sans_titre_21.jpg

image22.jpg

image23.jpg

image24.jpg

Chacun des noms vernaculaires de ces orchidées portent en exposant, un nombre d’astérisques, en fonction de la présence plus ou moins importante de l’espèce dans la zone que nous avons l’habitude d’explorer.

* Orchidées communes ou très communes que nous observons chaque année sans aucune difficulté.

** Orchidées assez communes ou peu communes, plus rares que les précédentes dans la zone.

*** Orchidées rares à très rares dans la zone, dont la présence peut être aléatoire ou nécessiter la connaissance des spots observés les annés précédentes. Ces spots peuvent aussi se situer dans des zones protégées d’accès réglementé.
¤¤¤¤¤¤¤


Date de création : 10/06/2019 @ 06:49
Catégorie : Actualités - Sorties Botaniques

Vous êtes ici :   Accueil » Sainte Barbe - Le Bégo

Conformément à la loi française Informatique et Liberté (article 34), vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant.

Foyer Laïque de Carnac - Association loi 1901 - Tél : 02.97.52.63.48 - foyerlaique.carnac@free.fr