En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Keridenvel
 

Actualités

 ↑  

Présentation

Les sections

Rétrospectives

Administration

Visites

 1240770 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Keridenvel

PLANTES ET NATURE

Compte rendu de la sortie du Jeudi 12 Septembre

Du côté de Kéridenvel (Sant Pier Kiberen)


Chaude après-midi de fin d’été. Nous sommes 17 à nous retrouver sur le massif dunaire de la côte sauvage de la presqu’île, sur d’anciens terrains militaires. Nous parcourrons des prairies rases des dunes fixées et des fosses provenant d’anciennes carrières d’extraction de sable. Une vaste zone sert depuis longtemps semble-t-il,  de décharge ‘verte’ à des entreprises ou à des services municipaux, si bien que beaucoup de plantes venues d’ailleurs y ont élu domicile, nous offrant un beau panel de curiosités.

groupe.JPG

Plantes indigènes du biotope dunaire, plantes horticoles parachutées des jardins, plantes des sables littoraux  rapportés, pionnières, rudérales, invasives, exotiques et autres opportunistes se pressent sous nos yeux et sous les objectifs de nos smart’phones. Un beau patchwork, dont je vous propose l’essentiel ci-dessous, avec quelques commentaires. Nous commencerons par les incontournables de la prairie maritime suspendue.


Armerie maritime ou Gazon d'Olympe  appelée aussi  Gazon d’Espagne (Armeria maritima, Willd.) Plumbaginaceae – Plante vivace des littoraux de l’hémisphère nord. Sur pelouses et falaises battue par les embruns. Entomogame et épizoochore. Elle colore en rose les prairies suspendues locales (Quiberon – Belle-ile en mer…)
Molène fausse blattaire   (Verbascum virgatum  Stokes in With)  Scrophulariaceae - Plante vivace des friches ensoleillées, 70/200 cm aux grandes hampes florales étroites. Feuilles entières pétiolées. Fleurs jaunes  actinomorphes, pédicelles courtes,  étamines et pistil colorés de rouge violacé.     Méditerranéo-atlantique.           
Euphorbe de Portland  [Euphorbia segetalis ssp. portlandica (L.) Litard] Euphorbiaceae  -  Plante bisannuelle rameuse, tiges rougeâtres souvent rampantes se redressant. Fleurs vertes en ombelles de 4 à 6 rayons. Inféodées aux dunes littoraleset milieux sableux. Côtes de l’Europe occidentale de l’Irlande au Portugal.

armarie.jpg molene.JPG euphorbe.jpg
Armerie maritime Molène fausse blattaire Euphorbe de Portland

Scille d’automne  [Prospero automnale (L.) Speta] Asparagaceae – Anciennement : Scilla automnalis L.  Liliaceae Plante à bulbe assez commune, récemment reclassée dans la famille des Asparagaceae et dans le genre Prospero, par la philogénétique. Vivace 10/25cm, tige grêle, fleurs bleues lilas en grappe assez courte, anthères noires. Feuilles nulles ou très courtes se développant après la fleuraison.  Europe S et W – Asie W et Afr. du nord.                      
Panicaut des champs ou Chardon roulant (Eryngium campestre L.)  Apiaceae -  Plante vivace, épineuse, psammophile, extrêmement commune, à ombelles contractée et fleurs verdâtres. Sorte de faux-chardon, cousin sans intérêt du chardon bleu des dunes (Eryngium maritimum), plante protégée. Europe Asie occidentale et AFN.

scille_automne.jpg panicaut_champs.jpg
Scille d’automne Panicaut des champs ou Chardon roulant

Serpolet d'Angleterre ou Serpolet arctique (Thymus drucei, Ronniger)  - Auparavant :  Thymus polytricus ssp. britannicus, (Ronniger) Kerguelen -  Lamiaceae -  Le Serpolet d’Angleterre ou Serpolet arctique est une plante aromatique assez rare en France. Son nom scientifique de Thymus polytricus sous-espèce britannicus est celui proposé par le botaniste Kerguelen (1928-1999), lors de la révision du genre en 1987 et retenu par Gabriel Rivière dans l’atlas floristique du Morbihan en 2007.  Depuis, il semble que selon les nouvelles conventions (APG) qui consistent à revenir chaque fois que c’est possible au basionyme (i.e. premier nom donné lors de la description initiale de la plante) il faudrait maintenant lui redonner le nom de Thymus drucei,  Ronniger. Le botaniste autrichien Karl Ronniger  (1871-1954) grand spécialiste des thyms, a été le premier à décrire la plante en 1924 et lui a attribué un nom d’espèce en l’honneur de son collègue anglais Georges Druce (1850-1932).
Raisin de mer (Ephedra distachya L.)  Ephedraceae –  Sous-arbrisseau vasculaire aphylle dont les fruits rouges sont des cônes comestibles. Connue de la médecine chinoise depuis des millénaires comme bronchodilatateur, on extrayait l’éphédrine de l’espèce voisine Ephedra sinica. L’éphédrine qui soigné les rhumes, est aujourd’hui un produit de synthèse. Longtemps rangé dans les conifères, l’ordre des Ephédrales qui ne comporte qu’une famille monogénérique (un seul genre) de 60 espèces, est maintenant une branche à part. L’Ephedra distachya, est endémique des côtes atlantiques européennes.

serpolet_angleterre.jpg raisin_mer.jpg
Serpolet d'Angleterre ou Serpolet arctique Raisin de mer

Millerpertuis commun (Hypericum perforatum L.) Hypericaceae – Plante glabre à souche ligneuse, 20/80 cm, feuilles sessiles ovales, oblongues ou linéaires, toutes ponctuées de trous minuscules (d’où son nom commun) et bordées de points noirs. Fleurs grandes, jaune vif, 5 pétales bordés de points noirs, longues étamines à peine moins longues que les pétales. Lieux incultes d’Eurasie et Afr. du Nord.   
Liondent faux-pissenlit  ou Liondent des rochers (Leontodon saxatilis Lam.)  Asteraceae – Espèce parfois encore désignée sous le nom de Thrincie hispide. La détermination des Liondent n’est pas sans poser de problème. Je m’en tiendrais au nom sientifique de Leonodon saxatilis Lam., retenu par Gabriel Rivière auteur de la Flore du Morbihan (Ed. Siloë, 2007) et également retenu dans l’Inventaire National du Patrimoine Naturel (I.N.P.N.) du Muséum National  d’Histoire Naturelle qui ne fait pas de différence entre le Liondent faux-pissenlit et le Liondent des rochers. C’est une plante herbacée à capitules jaunes liguliflores. Feuilles en rosette basale, tiges florales nues et glabres. Capitules solitaires. Aime les sols siliceux. Commun dans le massif dunaire. Eurasie, Afr. du nord. Une autre espèce est présente dans notre secteur : le Liondent d’automne   [Scorzoneroides automnalis (L.) Moench]   Anc. : Leontodon automnalis L.

millepertuis_commun.jpg liondent.jpg
Millerpertuis commun Liondent faux-pissenlit  ou Liondent des rochers

Asperge officinale   (Asparagus officinalis  L.)  Asparagaceae – Plante vivace dioïque. D’une griffe souterraine se développent au printemps des turions comestibles consommés en France depuis le XVème siècle. (Ils étaient  pourtant consommés au moyen orient  depuis 3000 ans).  Les feuilles réduites à de minuscules écailles ne sont guère visibles sur la partie aérienne de la plante et sont remplacées par des cladodes.
Asperge couchée  (Asparagus officinalis ssp. prostratus) Asparagaceae – Sous-espèce de l’asperge officinale au port couché,  propre aux sables des littoraux méditerranéens et atlantiques. Protégée (cueillette interdite) dans les départements  29, 44 et 50. Fleurs jaunes  et fruits rouges.

asperge_officinale.jpg asperge_couchee.jpg
Asperge officinale   Asperge couchée 

Inule fétide ou Herbe aux mouches [Inula conyzae (Gress.)DC]  Asteraceae -  Plante vivace, dressée rameuse, pubescente. Lieux secs, incultes dans toute la France. Feuilles lancéolées entières, tomenteuses en dessous. Fleur jaunâtre en capitule subcylindrique, ligules courtes. Origine : Europe, Asie mineure, Iran.
Scolyme d’Espagne  (Scolymus hispanicus L.) Asteraceae – Plante bisannuelle 30/80, d’origine méditerranéenne, du Portugal jusqu’à l’Iran. Sorte de chardon méditerranéen. Tiges pourvues d’ailes épineuses. Feuilles pennatilobées très épineuses. Fleurs axillaires jaunes. Assez rare en Bretagne.

inule_fetide.JPG chardon_espagne.jpg
Inule fétide ou Herbe aux mouches Scolyme d’Espagne

Datura officinal ou Stramoine  (Datura stramonium L.) Solanaceae – Appelée aussi chasse-taupe et Pommme épineuse. Grande plante annuelle herbacée à croissance rapide (30/120). Envahissante. Feuilles grandes, sinuées, dentées. Fleurs 6/10 blanches dressées en trompettte s’ouvrant peu. Fruits toxiques, gros, en capsules déhiscentes, couvertes d’aiguillons robustes. Plante probablement originaire du Mexique, naturalisée ailleurs, sauf Australie. La stramoine est très vénéneuse, c'est la plante la plus toxique de toutes les solanacées, ce qui la rend potentiellement dangereuse même pour un usage chamanique.
Morelle à baies luisantes ou Morelle verte pour l’INRA  [Solanum physalifolium var. nitidibaccatum (Bitter)Edmonds] Solanaceae – Plante annuelle, basse, prostrée, originaire de l’Argentine, Chili et Bolivie. Sans doute introduite en France et ça et là dans le monde avec des semences. Cette variété est surtout présente dans les cultures et bords de champs cultivés. Visuellement proche de la morelle noire, elle en diffère par ses baies vertes puis jaune luisantes.

datura.jpg morelle_noire.JPG
Datura officinal ou Stramoine  Morelle à baies luisantes

Vergerette du Canada [Erigeron canadensis (L.) Cronquist]  - Vergerette de Sumatra [Erigeron sumatrensis (Retz.) E. Walker] - Vergerette à fleurs nombreuses  [Erigeron floribundus (Kunth) Sch.Bip.] - Asteraceae - Quand nous rencontrons des Vergerettes, il n’est pas facile d’en déterminer l’espèce. Cela dit, ces 3 espèces présentes en Bretagne sont très proches les unes des autres. Plantes estivales envahissantes, parfois invasives des pâtures t des friches. Leur toxicité est discutée.

vergerette1.jpg vergerette2.JPG
Vergerette du Canada Vergerette à fleurs nombreuses 

Pourpier maraîcher (Portulaca oleracea L.)  Portulacaceae – Adventice des cultures. Plante herbacée, annuelle, rameuse, crassulante, couchée, aux tiges souvent rougeâtres. Comestible et utilisée en phytothérapie. Assez commune. Présente dans toutes les zones tempérées du monde.
Mercuriale annuelle ou Ramberge  (Mercurialis annua L.)  Euphorbiaceae -  Plante adventice très commune des cultures. Elle est dioïque, anémogame et myrmécochore. Pour les débutants : les fleurs mâles et les fleurs femelles apparaissent sur des sujets différents (plante dioïque) ; la fécondation est assurée par le vent (anémogame); la dissémination des graines minuscules (20 µm) est souvent assurée par les fourmis (plante myrmécochore).

pourpier_potager.jpg mercuriale.jpg
Pourpier maraîcher Mercuriale annuelle ou Ramberge 

Roquette jaune ou Roquette sauvage  (Diplotaxis tenuifolia L.) Brassicaceae – Plante vivace des sols sableux, et terrains vagues, méditerranéo-atlantique, dans presque toute la France. Comestible. Feuilles inférieures pennatifides, les supérieures  entières ou peu divisées. Eurasie centrale et méridionale. Très commune.
Roquette bâtarde  [Erucastrum incanum (L.) W.D.J. Koch] nom retenu. Ancien nom : (Hirschfeldia incana, Moench) Brassicaceae - Grande plante annuelle, très ramifiée à feuilles inférieures profondément découpées et irrégulièrement dentées. Fruits caractéristiques renflés à l’extrémité (en forme de quilles – cf. photo ci-dessous). Se rencontre dans les friches et les milieux rudéraux.

fausse_roquette.jpg roquette_batarde.jpg
Roquette jaune ou Roquette sauvage Roquette bâtarde

Fenouil commun   (Foeniculum vulgare L.)   Apiaceae  - Grande plante vivace ou bisannuelle100/250. Feuillage bleuté, finement découpé. Fleurs en ombelles jaunes. Grosse racine fusiforme. Cultivé pour son renflement bulbeux au moins depuis Charlemagne. Naturalisé sur les 5 continents en climat doux et sols légers. L’Aneth n’est pas un fenouil, mais du genre Anethum qui ne s’hybride pas avec le genre Foeniculum.
Erodium de Lebel ou Bec de grue glutineux  (Erodium lebelii, Jordan ssp. lebelii)  Geraniaceae – Le genre Erodium est très voisin du genre Geranium. Leurs fleurs sont également assez semblables mais les plantes sont en général plus petites et leurs feuillages très différents. Nota : Selon Gabriel Rivière, 3 espèces d'Erodium forment un complexe de plantes variables à la synonymie compliquée et facilement confondues : E. cicutarium (L.)L'Hérit ;  E. moschatum (L.)L'Hérit. ;  E. lebellii  Jord.  Les noms Erodium glutineux et Erodium glutinosum sont non valides (Rivière, le CBNB, le MNHN et l'INRA de Dijon 'Flore de France').  En conséquence, considérons si vous le voulez bien, que lorsqu'un Erodium semble glutineux (feuillage ressemblant à celui de l'Erodium cicutarium et légèrement gluant)  la probabilité est qu'il s'agit d’ Erodium lebellii , dont les noms communs sont Erodium de Lebel ou Bec de grue glutineux.  
Gnaphale  à feuilles ondulées  ou Cotonnière ondulée  [Pseudognaphalium undulatum (L.) Hilliard & Burtt] Asteraceae  – Synonyme  ancien : Gnaphalium undulatum L. – Annuelle 30/80 cm rameuse. Feuilles rudes et tomenteuses en sous face, lancéolées, oblongues, les sup. linéaires. Capitules laineux blanc jaunâtre en corymbe large. Fleurs tubulaires groupées, serrées. Lieux incultes et bords de chemins. Originaire de la province du Cap. Naturalisée en Bretagne, Normandie et Vendée.

fenouil.jpg gnaphale.jpg erodium.jpg
Fenouil commun Gnaphale à feuilles ondulées Erodium de Lebel

Pariétaire des murs ou Pariétaire de Judée  (Pariétaria judaica L.)  Urticaceae -  Plante vivace saxicole (qui pousse sur les rochers), qui croit essentiellemnt au pied des murs et dans les infructuosités des rochers et des maçonneries. Pollen réputé allergisant comme beaucoup de pollens des plantes de la famille de l’ortie. Petites fleurs peu visibles à l’aisselle des feuilles. Plante cassante légèrement collante. Calcicole. Commune. Une espèce très proche ‘la Pariétaire officinale’ (Parietaria officinalis L.) n’est pas présente en Bretagne sauf ça et là en Côte d’Armor (réf. MNHN et G.Rivière).
Mauve sylvestre  ou Grande mauve  (Malva sylvestris L.) Malvaceae  –  Plante vivace, herbacée, très commune qui  fleurit quasiment toute l’année. Grande 30/120 cm. Feuilles inférieures suborbiculaires, supérieures à 5 lobes. Fleurs rose-violacé à violettes, actinomorphes, pétales à 3 stries ramifiées plus foncées. Plante inféodée aux zones proches d’habitation présentes ou passées. Médicinale émolliente et désinfectantes. Calme la toux.

parietaire.jpg mauve_sylvestre.jpg
Pariétaire des murs ou Pariétaire de Judée  Mauve sylvestre  ou Grande mauve 

Digitaire sanguine  [Digitaria sanguinalis (L.) Scop.] Poaceae – Plante annuelle 10-50 cm, 3 à 10 épis digités dressés puis étalés, grêles, peu serrés souvent violacés. Plante des cultures et des sols sablonneux. Répartition quasiment mondiale.
Lavatère de Crête  [Malva multiflora (Cav ?) Soldano] =  Lavatera cretica L. – Malvaceae - Ce lavatère est assez proche de Malva sylvestris, mais généralement plus grand et à très grandes feuilles et à fleurs proportionnellement bien plus petites. Plante grande 40 /150, assez rare, méditerranéenne-atlantique. Présente sur la presqu’ile de Quiberon.
Renouée des oiseaux  (Polygonum aviculare L.) Polygonaceae – Petite plante herbacée, annuelle, adventice, très commune des sols secs ou piétinés et des cultures (jachères, bords de chemins, interstices …). Répartition quasiment universelle. Tiges grêles, rampantes, couchées, radiantes, aux petites feuilles alternes, allongées à pétioles courts. Petites fleurs blanches ou rosées par 2 à 4 à l’aisselle des feuilles. Mellifère et médicinale aux vertus nombreuses.

digitaire.jpg lavatera.JPG renouee_oiseaux.jpg
Digitaire sanguine Lavatère de Crête Renouée des oiseaux

Betterave ou Bette maritime [Beta vulgaris ssp. maritima (L.) Arcangeli]  Amaranthaceae / Chenopodiaceae - Plante herbacée, halophile, des littoraux marins. Déjà consommée par les celtes, il y a plus de 4000 ans elle est probablement l’ancêtre des betteraves cultivées d’aujourd’hui.
Potentille rampante  (Potentilla reptans L.)  Rosaceae – Plante basse des zones herbues. Une des potentilles les plus communes, parmi les 6 potentilles présentes dans le sud du Pays d’Auray. Hémicryptophyte stolonifère, fleurs jaunes, grandes, à 5 pétales. Feuilles pétiolées, palmées, digitées à 5 folioles dentées.

bette_maritime.jpg potentille.jpg
Betterave ou Bette maritime Potentille rampante 

Grande ciguë  (Conium maculatum L.)  Apiaceae – Grande plante bisannuelle (100/250), très toxique, aux tiges plus ou moins maculées de taches brunes, grandes feuilles à limbe triangulaire pennatiséqué, fleurs en ombelle de 10 à 20 rayons et à la forte odeur de pipi de chat. Plante assez commune. Europe, Asie occidentale et Afrique du nord. Plante de la magie noire. Dans l’antiquité, poison officiel des Athéniens. Ressemble au cerfeuil des fous.
Onagre à sépales rouges  (Œnothera glazioviana , M. Micheli in CF.P. Martius)  Onagraceae - Espèce introduite, originaire d’Amérique du nord, proche de l’Herbe aux ânes (œnothera biennis) cultivée pour l’ornement et la cosmétique. Naturalisée et invasive dans certaines régions.
Chénopode blanc ou Ansérine blanche  (Chenopodium album L.) Chenopodiaceae/Amaranthaceae – Appelée aussi épinard sauvage, elle est comestible. Plante pionnière et nitrophile, adventice des cultures et des lieux incultes. 20/100 cm. La famille des Chenopodiaceae est invalide en classification philogénétique.

grande_cigue.jpg onagre.jpg anserine.jpg
Grande ciguë Onagre à sépales rouges  Chénopode blanc ou Ansérine blanche

Spergulaire des champs  [Spergularia rubra (L.) C. Presl.] Caryophyllaceae – Petite plante annuelle ou bisannuelle des terrains sableux ou siliceux. Eurasiatique, introduite ailleurs.
Corne de cerf didyme  [Coronopus didymus (L.) Sm.] Brassicaceae – Herbacée cosmopolite, d’origine américaine du sud. Classée invasive dans certaines régions au climat frais et humide tel que Saint Pierre et Miquelon.

sperglaire_champs.jpg corne_cerf.jpg
Spergulaire des champs Corne de cerf didyme

Morelle à baies luisantes  ou Morelle verte pour l’INRA  [Solanum physalifolium var. nitidibaccatum (Bitter) Edmonds] Solanaceae – Plante annuelle, basse, prostrée, originaire de l’Argentine, Chili et Bolivie. Sans doute introduite en France et ça et là dans le monde avec des semences. Cette variété est surtout présente dans les cultures et bords de champs cultvés. Visuellement proche de la morelle noire, elle en diffère par ses baies vertes puis jaune oranger luisantes.                   
Alysson maritime   [Lobularia maritima (L.) Desv.] Brassicaceae – Plante méditerranéenne et atlantique calcicole, petite, aux fleurs blanches très parfumées. Plante aux nombreuses variétés horticoles pour l’ornement des jardins. Utilisée aussi aux USA  en culture « push-pull », méthode de lutte biologique appelée en France « répulsion attraction. Il s’agit d’utiliser une plante « charmeuse » pour attirer les ravageurs en lisière des grandes cultures et ainsi de les détourner de la culture pincipale. Des études en cours s’intéressent de près à l’Alysson qui présenterait les qualités requises pour être plante charmeuse. La méthode donne de bons résultats au Kenya pour la protection des champs de maïs et de sorghos.
Mélilot à petites fleurs  (Trigonella smalii Coulot & Rabaute )  Fabaceae -  Anciennement Melilotus indicus. Plante propre aux milieux humides sablonneux. Europe, AFN, Asie occidentale. Peu commun. Fleurs de Fabaceae jaunes.     

morelle_baie_luisante.jpg alysson_maritime.jpg melilot_petite_fleur.jpg
Morelle à baies luisantes  Alysson maritime   Mélilot à petites fleurs

Amaranthe hybride  (Amaranthus hybridus L.) Amaranthaceae – Adventice des cultures, de répartition mondiale, annuelle, monoïque, anémogame (et souvent autogame). Variable en forme et en couleur. Fleurs verdâtres agglomérées en panicules terminales  et épis axillaires grêles.
Verveine officinale  (Verbena officinalis L.)  Verbenaceae – Plante plus ou moins pérennante. Tiges ascendantes, de section carrée, fines, raides canaliculées. Feuilles sessiles, opposées, ovales ou cunées. Fleurs petites, roses, mauve ou liliacées en épis lâches.  Les sommités florales en tisane sont diurétiques, antipyrétiques et astringentes. Zones tempérées du globe.
Ansérine des murs [Chenopodiastrum murale, (L.) S. Fuentes, Uotila & Borsch] – Amaranthaceae – Plante annuelle à tige dressée anguleuse. Ressemble à l’ansérine blanche mais feuilles ovales à rhomboidales à forte denture irrégulière. Europe et  tout le globe tempéré.  

amaranthe_epi.jpg verveine_officinale.JPG chenopode_murs.jpg
Amaranthe hybride Verveine officinale  Ansérine des murs

Maceron cultivé  (Smyrnium olusatrum  L.) Apiaceae – Ombellifère de printemps à fleurs jaune pâle. Feuilles grandes, composées aux folioles rondes à ovales dentelées. Plante entièrement comestible qui a été cultivée dans le passé.
Vipérine commune (Echium vulgare L.)  Boraginaceae  -  Bisannuelle 30/80 cm, dressée, hérissée de poils raides piquants.  Lieux secs et pierreux d’Europe, Asie occ. et Maghreb. Belles hampes florales souvent solitaires, de fleurs bleu vif, aux étamines saillantes.
Cardère ou Cabaret des oiseaux  (Dipsacus fullonum L.) Dipsacaceae/ Caprifoliaceae  - Plante bisannuelle 80/150, Tige robuste sillonnée et pourvue d’aiguillons. Feuilles grandes, lancéolées, en rosette la première année. Fleurs rose-mauve sur grosse tête ovale épineuse. Europe centrale et sud, Asie occ. et  Afr. du nord. La plante sêche et dure en place un an. Ses infrutescences retiennent l’eau de pluie (par capillarité) que les oiseaux peuvent boire en se posant sur les longues bractées de l’involucre, d’où son nom populaire de cabaret des oiseaux.

maceron_cultive.jpg viperine_commune.jpg cabaret_oiseau.jpg
Maceron cultivé  Vipérine commune Cardère ou Cabaret des oiseaux 

Onopordon ou Chardon aux ânes  (Onopordum acanthium L.) Asteraceae – Grand chardon 50/150 cm, bisannuel, raide, rameux au sommet, largement ailé et épineux. Feuilles pubescentes, aranéeuses, tomenteuses et blanchâtres en dessous. Fleurs purpurines. Lieux incultes. Eurasie occidentale.
Scrofulaire scorodoine  ou à feuilles de Germandrée (Scrophularia scorodonia L.) Scrophulariaceae – Grande, aux fleurs curieuses (qui rappelle les oreilles de Mickey). Tige 60/100 à 4 angles, non ailée. Europe ouest océanique, et méditerranée occidentale.Très commune.
Mouron rouge  [Lysimachia arvensis (L.)  U. Manns.& Anderb.] Primulaceae – Cette petite plante vient d’être reclassée dans le genre Lysimachia. Elle s’appelait précédemment Anagallis arvensis. Fleurs rouges parfois bleues. Plante herbacée, adventice des cultures, tendre mais toxique, notamment pour les oiseaux.

onopordon.jpg scrofulaire.jpg mouron_rouge.jpg
Onopordon Scrofulaire scorodoine Mouron rouge

 Arroche des grèves  (Atriplex littoralis L.) Amaranthaceae -  Plante 30/100 à tiges dressées, ligneuses, dressées vertes rubannées de brun, feuilles étroites linéaires ou vaguement lancéolées. Plante du haut schorre, parfois hauts de plage du littoral. Manche, Atlantique, Méditerranée et répartition hémisphère boréal
Arroche des sables  (Atriplex laciniata L.)  Amaranthaceae - Anciennement de la famille des Chenopodiaceae. Plante commune des hauts de plage où elle accompagne souvent le ‘Cakile’ et la ‘Soude brulée’. Parfois lieux sableux à l’intérieur. Feuillage plus ou moins glauque ; feuilles oblongue-deltoides, hastées à la base.
Arroche couchée ou Arroche hastée  (Atriplex prostrata, DC.in Lam. & DC)  Amaranthaceae – Plante annuelle herbacée 20/100 cm, plutôt ascendante parfois couchée. Feuilles hastées (enfer de lance) caractéristiques. Commune sur haut schorre, lieux incultes, parfois lieux cultivés àl’intérieur. Europe, Asie occidentale, Amérique du nord, Afrique du nord.

arroche_greve.jpg arroche_sable.jpg arroche_hastee.jpg
Arroche des grèves Arroche des sables Arroche couchée ou Arroche hastée

Picride fausse vipérine  (Picris echioides L.) Asteraceae – Plante annuelle ou bisannuelle très commune d’origine méditerranéenne, entièrement hérissée de poils raides et piquants.  Capitules jaunes, feuilles longues et ondulées.
Armoise commune  (Artemisia vulgaris  L.)  Asteraceae  - Plante médicinale extrêmement commune, connue depuis l’antiquité. Elle porte le nom de la déesse grecque Artémis protectrice des femmes malades.
Chiendent dactyle ou Pied de poule  [Cynodon dactylon (L.) Pers.]  Poaceae - Plante herbacée à longs rhizomes traçants, feuilles à ligules poilues et inflorescence en panicule digitée à 4 -7 épis grêles, linéaires, étalées, souvent violacées.

picride_fausse_vipeerine.jpg armoise_commune.JPG pied_poule.jpg
Picride fausse vipérine Armoise commune Chiendent dactyle

Ravenelle  (Raphanus raphanistrum L.)  Brassicaceae – Plante annuelle plus souvent bisannuelle en climat doux. Appelée aussi Radis sauvage ou Radis-ravenelle nous avons ici le type mais aussi la forme maritime qui est considérée maintenant comme une sous-espèce : Raphanus raphanistrum ssp. landra  dont le nom vernaculaire à retenir serait plutôt Radis maritime.
 Tétragone [Tetragonia tetragonioides (Pallas) O. Kuntze] Aizoaceae – Ressemble à l’épinard. Plante halophyte de climat humide. Originaire de Nouvelle Zélande, Australie et Japon. Cultivée au Chili et en Argentine. Chili. Subspontanée en Europe. Feuilles losangées épaisses et tendres. Fleurs jaunes.
 Iris fétide ou Iris gigot   (Iris foetidissima L.)  Iridaceae – Iris indigène recherchant l’ombre des fourrés et des lisières. Très commun dans le sud et l’ouest. Fleur discrète mais fruit spectaculaire déhiscent, laissant apparaitre des rangs de grosses graines vermillon.

ravenelle.jpg tetragone.jpg iris_gigot.jpg
Ravenelle Tétragone Iris fétide ou Iris gigo

Belle  de nuit  (Mirabilis jalapa L.) Nyctaginaceae – Plante vivace herbacée originaire de l’Amérique subtropicale introduite en Europe au XVIème siècle. Echappée des jardins ou subspontanée naturalisée. Fleurs ne s’ouvrant que le soir et se refermant le matin. Fleurs fécondées par un papillon de nuit dans leur pays d’origine. L’espèce se décline en de nombreuses variétés dont les fleurs sont jaunes, rouges, blanches, roses ou mauve. (souvent bicolores, les variétés s’hybridant facilement entre elles).
Argousier  (Hippophae rhamnoides L.)  Elaeagnaceae – Arbrisseau dioique épineux 2/5 m. Feuilles caduques, simples et très étroites. Cauliflore. Fruits nombreux globuleux, sphériques, jaunes ou oranger, acides mais comestibles, riches en vitamine C. Cultivé vers la Durance. Présente au sud-est de la France et sur les dunes du littoral. Répandue en Eurasie, de la Scandinavie jusqu’à l’Himalaya.
Faux Genêt d’Espagne  (Spartium junceum L.)  Fabaceae – Arbuste 2/3 m, buissonnant dressé, rigide à tiges vertes striées. Feuillage caduc, éparse et éphémère. Fleurs jaunes papillonacées. Longue floraison jaune d’or. Mellifère. Graines toxiques.  Assez résistant au sel. Sols bien drainés. Plante d’origine méditerranéenne.

belle_nuit.jpg argousier.jpg genet_espagne.jpg
Belle  de nuit  Argousier  Faux Genêt d’Espagne

 Osteospermum ou Marguerite africaine  [Osteospermum ecklonis (DC) Norl.] Asteraceae- Plante échappée des jardins. Se naturalise en climat très doux.

osteospermum.jpg

Marguerite africaine

¤¤¤

Le Coin des débutants

Comme dans tous les domaines de la connaissance, la botanique est une science qui a développé un vocabulaire qui lui est propre ou emprunté aux sciences connexes telle que la bologie.
Ces mots sont appelés par certains « mots savants ». Ils peuvent qui peuvent vous paraître compliqués, incompréhensibles, voire prétentieux et inutiles, n’ont pourtant été inventés dans le seul but de simplifier l’écriture et le langage, en évitant de longues explications. Par exemple : psammophyte désigne en un seul mot, une plante adaptée au milieu sableux, tel que la dune vive. Mot du grec psammos : sable et phyte plante. Elle est donc psammophile (du grec philos : ami)
Cela implique que cette plante supporte les conditions de vie de la dune mobile, c'est-à-dire qu’elle a une bonne  résistance à la sécheresse (Xérophilie qui aime ‘le sec’ ou littéralement ‘le dur’ par opposition à hydrophile ou hygrophile, qui aime l’eau) , une bonne résistance au soleil  (héliophilie) et une bonne résistance aux atteintes mécaniques des grains de sable projetés par le vent violent.
Ainsi un psammophyte est un végétal psammophile qui répond à toutes ces caractéristiques.
Aussi, comprenez qu’il est difficile de se priver de l’utilisation de ces substantifs et de ces adjectifs qui résument de la manière la plus concise possible, le type de végétal que nous avons à décrire en l’occurence.

¤¤¤

Vous vous apercevrez que des séries de mots « savants » reviennent régulièrement. Ils concernent biensûr des caractéristiques de la plante décrite. Par exemple :
¤  Les plantes sont classées en fonction du mode de fécondation de leurs fleurs. On utilise indifféremment le suffixe game du grec gamos, mot grec signifiant  union ou mariage, ou le suffixe phile en grec philos signifiant ami. Les préfixes placés devant ce suffixe seront des racines grecques indiquant le vecteur de cette union, entre les gamètes mâles et femelles.
Anémogamie ou anémophilie, adjectif : anémophile  du grec anemos  le vent. Fécondation par le vent qui va transporter le pollen.
Entomogamie , entomophilie, entomogame du grec entomon, insecte. Transport du pollen par des insectes.
Chiroptérogamie …. Transport par les chauves-souris
Autogamie :  Du grec autos : soi-même. Fécondation spontanée sans intervention d'un vecteur extérieur, c’est l’auto-fécondation qui est assez  fréquente sur les fleurs hermaphrodites de certaines espèces (pêcher, ceriser …).
Allogamie :  du grec allos : autre.  Fécondation croisée. La fleur ne peut être fécondée qu’avec le pollen d’un autre individu (de la même espèce).
 

NOTA : Les plantes sont en majorité allogames et entomogames, d’où l’importance de la préservation des insectes pollinisateurs.

¤¤¤

Les mêmes principes se retrouvent dans les mots relatifs au mode de dissémination des graines.
Les mots désignant le mode de dispersion des graines utilisent le suffixe chore, du grec khora signifiant : emplacement ou place.

Exemples :
Une plante anémochore disperse ses graines grâce au vent. (Pissenlits, peupliers, érables …) C’est de l’anémochorie.
Une plante barochore laisse tomber ses graines au sol par gravité. C’est de la barochorie du grec baros : pesanteur.
Je vous laisse deviner ce qu’est l’hydrochorie dont la nautochorie (flottaison des fruits du cocotier ou du chou marin)
La zoochorie est multiple selon qu’elle est assurée par les mammifères, les oiseaux, les fourmis. (gui, noisette, chataigne, bardane …)
L’anthropochorie est naturellement du fait de l’homme. L’hémérochorie et la polémochorie aussi lorsqu’il s’agit de nos activités et des guerres.

¤¤¤

¤  Le type de végétal à partir de son mode de survie durant la mauvaise saison :

classement.JPG


Date de création : 21/10/2019 @ 09:12
Catégorie : Actualités - Sorties Botaniques

Vous êtes ici :   Accueil » Keridenvel

Conformément à la loi française Informatique et Liberté (article 34), vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant.

Foyer Laïque de Carnac - Association loi 1901 - Tél : 02.97.52.63.48 - foyerlaique.carnac@free.fr