Vous êtes ici :   Accueil » Ker Félicité
 
Actualités
 ↑  
Présentation
 ↑  
Les sections
 ↑  
Rétrospectives
 ↑  
Administration
Visites

 693507 visiteurs

 15 visiteurs en ligne

ENTRE KER FELICITE ET KERGROSSE EN ERDEVEN - LE CHEMIN DE KERIVALLAN A KERMOVEL

Le 10 juillet 2014
 
Cette après-midi, les stratocumulus auront eu rapidement raison du soleil estival mais la brise douce et légère nous laissera un bon souvenir du circuit déjà parcouru le 28 juin dernier avec trois courageux qui avaient osé affronter une pluie menaçante.
Tous trois sont absents et parmi les six amateurs passionnés qui m’accompagneront aujourd’hui, aucun ne connait ce sentier perdu, dont la palette végétale mérite de recevoir une nouvelle visite.

Nous retrouvons les mêmes plantes que nous avions aussi recensées à la même époque de l’année en 2012, à quelques exceptions près.

- L’Aigremoine eupatoire (Agrimonia eupatoria L.) aux nombreuses vertus médicinales, de la famille des Rosaceae.

- L’élégant et rare Œillet armérie ou œillet velu (Dianthus armeria L.) très différent de l’Armérie maritime.
aigremoine_eupatoire.jpg tamier.jpg oeillet_armenie.jpg
Aigremoine eupatoire Tamier Oeillet d'Arménie

- Une petite Apiaceae pourrait être le Cerfeuil énivrant (Chaerophyllum temulentum L.) à une forte probabilité, cependant à confirmer.

- Le Millepertuis couché (Hypericum humifusum L.) très petit et tapissant (celui-là, … on a du passé à côté mais on s’est arrêté devant son proche cousin le millepertuis commun (Hypericum humifusum L.), le vrai, aux feuilles percées de 1000 trous ;, plante médicinale anti-stress.

- La Gesse tubéreuse (Lathyrus tuberosus L.). Probablement le seul peuplement de Bretagne car plante calcicole et intolérante au sel.

Trois autres espèces de ces petites Fabaceae plus ou moins grimpantes ou rampantes.
- La Gesse sans feuilles (Lathyrus aphaca L.) à fleurs jaunes et dont les feuilles sont réduites à des vrilles ou phyllodes. Les tiges non ailées (contrairement à la plupart des gesses), sont pourvues de grandes stipules opposées par paires, à chacun des nœuds.
- La Vesce hérissée (Vicia hirsuta L. Gray) grêle, à petites fleurs blanches.
- Nous n’avons pas retrouvé la Vesce de Bithynie (Vicia bithynica L.) aux jolies fleurs bicolores, que nous avions remarquée le 28 juin.
- Un beau peuplement de Polygale commun (Polygala vulgaris L.) à fleurs bleue lumineuses mais parfois blanches ou roses.

 
vesce_herissee.jpg vesce_de_bithynie.jpg polygale_commun.jpg
Vesce hérissée Vesce de Bithynie Polygale commun

- Dans bien des endroits la Bruyère cendrée (Erica cinerea L.) décore les talus avec le Géranium ‘pied de pigeon’ (Geranium columbinum L.) et la Knautie ou Scabieuse des champs [Knautia arvensis (L) Coulter], la plus commune des scabieuses.
Le nom vernaculaire de Scabieuse est commun à une dizaine de plantes. Certaines de la famille des Asteraceae, d’autres de la famille des Dipsacaceae. Cependant, la Scabieuse des champs qui nous intéresse, autrefois Dipsacaceae, a été récemment rangée dans la famille des Caprifoliaceae (famille du Chèvrefeuille).

-  Au fond des fossés, la délicate Erythrée ‘Petite centaurée’ (Centauriuml erythraea Rafn.). Ravissante plante aux petites fleurs rose porcelaine. Elle forme parfois de grands tapis dans les prairies humides et sableuses de Plouharnel. Plus loin, c’est le Clinopode commun ou Calament clinopode ou encore Grand basilic (Clinopodium vulgare L.), médicinal et tinctoriel.

 
petite_centauree.jpg gesse_tubereuse.jpg vesce_en_epi.jpg
Petite centaurée Gesse tubéreuse Vesce en épi


- De place en place, les haies abritent la Bryone ou Navet du diable (Bryona dioica Jacq.), une vigoureuse vivace, sarmenteuse et poilue qui grimpe partout où elle peut. De la famille des Cucurbitaceae, ses petits fruits sphériques verts, puis rouges, de 6 à 10mm sont gluants quand ils sont blets.

- Le Tamier ou ‘Herbe aux femmes battues’ (Tamus communis L.), pour les propriétés émollientes de la pulpe de ses racines rhizomateuses. Le tamier, de la famille des Dioscoreaceae est aujourd’hui utilisé en homéopathie comme antirhumatismal.
Nota : Cette grimpante, ressemble aussi beaucoup à la Salsepareille (Smilax aspera L.) que l’on distingue par ses feuilles épaisses, rugueuses et coriaces. La ‘ Salsepareille ‘, une méditerranéenne très courante dans le sud-est de la France est la nourriture principale des ‘stroumpfs’ dans la mythologie du neuvième art. Elle appartient à la famille des Smilacaceae/Liliaceae.

- Une prairie naturelle humide est envahie d’une Matricaire parfumée qui pourrait être la Petite camomille (Matricaria recutita L.), à vérifier. Elle est accompagnée de quelques représentantes de quelques tapis de la Matricaire sans ligules (Matricaria discoidea DC) .

Hydrophytes, hélophytes et plantes des berges de l’étang :

- Dans le fond des fossés et aux abords de l’étang de Kergrosse croît la Menthe aquatique ou Menthe à grenouille (Mentha aquatica L.) au puissant parfum.

- La patience d’eau (Rumex hydrolapathum Huds.), une grande plante spectaculaire, polygnaceae hélophyte (semi immergée) qui donne à l’étang un air de marigot tropical.

- La peu courante Oenanthe fistuleuse (Oenanthe fistulosa L.) à fleurs ‘blanc pur’, dont les ombelles ne comportent que 3 ou 4 rayons.

- La Renouée amphibie [Persicaria amphibia (L.) Gray] flottante, aux gros épis de fleurs roses qui surplombent la surface de l’eau au bout d’un long pédoncule. Malheureusement non fleurie. Il existe une forme terrestre de la renouée amphibie.

- Le Plantain d’eau (Alisma Plantago-aquatica L.) une hélophyte représentante de la famille des Alismaceae, dont les grandes panicules portent des petites fleurs blanc-rosé à trois pétales plus longs que les 3 sépales.
patience_d_eau.jpg oenanthe_fistuleuse.jpg eupatoire_chanvrine.jpg
Patience d'eau Oenanthe fistuleuse Eupatoire chanvrine

Et dans une friche au-delà de l’étang, une ombellifère peu commune, l’Ammi élevé (Ammi majus L.). Très belle Apiaceae blanche au feuillage reconnaissable. Ses grandes ombelles peuvent compter jusqu’à 60 rayons.
Nota : Nous avions constaté en 2012, des feuillages différents sur les plantes de ce petit peuplement. Il semble qu’il y ait là, Ammi majus type et une sous-espèce Ammi majus glaucifolium.

Je passe sous silence nombre d’autres plantes. Nous n’avons pas retrouvé la Mauve musquée (Malva moschata L.), ni la Véronique à écusson (Veronica scutellata L.) ni le Millepertuis couché (Hypericum humifusum) vus en 2012.

De l’autre côté du chemin, l’Eupatoire chanvrine ou Eupatoire à feuilles de chanvre (Eupatorium cannabinum L.) est sur le point de fleurir. Cette grande plante de la famille des Asteraceae (Composées), est très commune dans les lieux humides, marais, prairies, fossés, notamment de route et d’autoroutes. Son nom d’espèce vient de son feuillage qui rappelle celui du cannabis. Elle est souvent et faussement appelée chanvre d’eau, comme le Lycope d’Europe. Ce nom commun devrait être réservé au Bident trifolié (Bidens tripartita L.)

L’Eupatoire chanvrine, est aussi une plante mellifère et médicinale (cf. internet) utilisée dans la médecine traditionnelle. Le web nous apprend que Rabelais à la fin du «Tiers livre», évoque cette plante proche du chanvre, sous le nom de ‘Pantagruelion aquatique’…!

Enfin, il est intéressant d’observer ses grandes inflorescences purpurines (vieux rose) plus ou moins colorées, dont la forme est dite : «en racèmes corymbiformes de capitules terminaux compacts ».

Date de création : 23/07/2014 @ 06:12
Dernière modification : 12/09/2014 @ 04:18
Catégorie : Rétrospectives - Sorties Botaniques-Année 2013-2014
Page lue 1468 fois

Vous êtes ici :   Accueil » Ker Félicité

Conformément à la loi française Informatique et Liberté (article 34), vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant.

Foyer Laïque de Carnac - Association loi 1901 - Tél : 02.97.52.63.48 - foyerlaique.carnac@free.fr