Vous êtes ici :   Accueil » Sentier de la Vigie
 
Actualités
 ↑  
Présentation
Les sections
Rétrospectives
Administration
Visites

 767180 visiteurs

 15 visiteurs en ligne


PLANTES ET NATURE
Compte rendu de la randonnée botanique
du samedi 29 avril 2017
¤¤¤


Sentier de la Vigie – Chemin du Marais de Kerdual


Pour notre deuxième sortie de l'année 2017, nous sommes 14 à avoir profité d’une journée clémente, entre deux dépressions bien faibles, incapables de nous apporter les pluies généreuses tant attendues.

groupe.JPG


Le chemin bucolique de la Vigie est toujours une agréable promenade qui relie sur 700 mètres, deux quartiers de la Trinité sur mer. Un havre de paix à deux pas du centre ville et du célèbre port de plaisance. Bien abrité des vents froids, c’est un parcours bordé de vieux murs, ponctué de très beaux Chênes pédonculés (Quercus robur) bien de chez nous, de Frênes communs (Fraxinus excelsior) et d’essences diverses parfois très méditerranéennes comme l’Arbousier (Arbutus unedo) et le chêne vert (Quercus ilex), toutes deux parfaitement naturalisées.  Et en bonus, les fleurs de saison nous offrent quelques jolis tableaux tel ce parterre d’Orchis mâle [Orchis mascula (L.) L.]. une orchidée peu exigeante, très commune en Bretagne à peu près partout sauf dans les ‘Montagnes noires.

chene_vert.jpg frene_commun.jpg chene_pedoncule.jpg
Chêne vert Frêne commun Chêne pédonculé

Cela dit, cette sortie a aussi été l’occasion de réviser notre connaissance des géraniums sauvages, dont je vous propose ci-dessous un résumé, précédé de quelques définitions et remarques.


¤   Actinomorphe : se dit d’une fleur dont la morphologie est symétrique par rapport à un axe passant par le centre de la fleur. On l’appelle aussi ‘symétrie radiale’. Exemples : marguerites,  clématites, ornithogales, roses, camélias ...    Cela  par opposition aux fleurs zygomorphes dont les éléments sont symétriques par rapport à un plan (ou symétrie bilatérale).  Exemples : chèvrefeuilles, orchidées, pois, pensées …
¤  Géraniums et pélargonium : Dans le langage courant, il y a confusion entre les géraniums et les pélargoniums
. En botanique, la distinction est claire :
Les géraniums (du grec geranos : grue) sont des plantes herbacées dont les fleurs sont  actinomorphes. Ce sont des plantes vivaces et rustiques répandues sur tous les continents et sous des climats variés, du froid au subtropical.  De par le monde, plus de 400 espèces de géraniums ont été répertoriées.
¤  Les pélargoniums (du grec pelargos : cigogne) ont des fleurs zygomorphes. Ce sont des plantes non rustiques, gélives, originaires uniquement de l’Afrique australe. Quelques unes des 280 espèces existantes sont cultivées sous les tropiques pour la production d’huiles essentielles aux parfums divers, rose, citron etc. Des espèces telles que le pélargonium zonale et le pélargonium peltatum, sont cultivées chez nous en période estivale pour décorer les jardinières et balcons. Elles sont souvent commercialisées sous le nom impropre de ‘géranium’.

Revenons aux géraniums de la nature, que nous avons observés durant la randonnée.
Caractères communs à tous les Géraniums : Fleurs actinomorphes (voir nota ci-dessous) à cinq pétales, tous identiques. Fleurs le plus souvent roses, pourpres, mauve, violacées, écarlates, fuchsia, rarement rouges ou blanches.


Nous avons rencontré ce jour, 5 espèces de géraniums :


Géranium mou (Geranium molle L.) Fleurs roses (variables) à cinq pétales bifides (échancrés) donnant l'impression de 10 pétales. Feuilles orbiculaires (s'inscrivant dans un cercle), palmatifides à 5 ou 7 lobes, duveteuses. Tiges poilues.
Géranium à feuilles rondes (Geranium rotundifolium L.) Ressemble beaucoup au géranium mou mais les fleurs ont 5 pétales entiers et non bifides. Feuilles palmatifides.

geranium_mou.jpg geranium_pourpre.jpg geranium_d_endress_-.jpg
Géranium mou Géranium pourpre Géranium d'Endress
geranium_sanguin.jpg geranium_dissectum.jpg
Géranium sanguin Géranium découpé


Géranium découpé (Geranium dissectum L.) Feuilles doublement découpées, profondément palmatiséquées. Pédoncules plus courts que les feuilles. Fleurs à 5 pétales marginés.
Géranium luisant (Geranium lucidum L.)  Se reconnait à ses feuilles palmatifides, luisantes et au calice de la fleur, pyramidal à 5 angles saillants et aux sépales dressés, resserrés au sommet.
Géranium 'Herbe à Robert' (Geranium robertianum L.) Tiges rougeâtres, feuilles triangulaires ou pentagonales palmatiséquées  à 3 ou 5 segments palmatifides .Fleurs petites.  
Il vous reste à découvrir 5 géraniums présents dans la région de Carnac que nous aurons sans doute l’occasion d’observer au cours de nos futures sorties au moins pour les 3 premiers :
Géranium  pourpré  (Geranium purpureum Vill.) Tiges rougeâtres, très semblable au géranium ‘Herbe à robert’, précédent mais le cœur de la fleur est jaune. La couleur jaune provient de la coloration des 10 anthères (étamines).
Géranium colombin, 'Pied de pigeon'  (Geranium columbinum L.) Feuilles découpées en forme de pied de pigeon. Elles  sont palmatiséquées.  Fleur en forme de calice à l'extrémité d'un pédoncule grêle et très long.
Géranium sanguin (Geranium sanguineum L.) Grande fleur rouge-écarlate de 25 à 30 mm de diamètre, à long pédoncule, feuilles orbiculaires palmatipartites, profondément découpées. Espèce commune dans les dunes d’Erdeven.  C’est l’espèce la plus belle. Elle est aussi cultivée comme plante vivace pour les jardins.

Avec un peu de chance, nous pourrions aussi rencontrer le Géranium fluet ou à tiges grêles (Geranium pusillum L.) Peu commun, Gabriel Rivière le prétend pas si rare que cela entre Erdeven et le sud de la presqu’ile de Quiberon. C’est un géranium à petites fleurs rose-violacé portées par un pédoncule bi-flore assez long. Plante annuelle finement poilue aux feuilles orbiculaires palmatifides proches de celles du géranium mou.

Enfin, Gabriel Rivière a aussi recensé le Géranium des Pyrénées (Geranium pyrenaicum Burm. f.) qui est venu s’installer autour du Golfe du Morbihan. C’est une espèce à cinq pétales bifides violet bleuâtre.

Pour mémoire, on rencontre parfois le Géranium d’Endress (Geranium endressii J.Gay) à grandes fleurs rose clair. C’est une espèce pyrénéenne vendue en jardinerie et échappée des jardins et naturalisée.
Vous pouvez très facilement consulter les descriptions détaillées des géraniums sur le site www. tela-botanica.org   qui reproduit les descriptions de la flore de Coste.

Vous pouvez aussi télécharger la ‘Flore de Coste’ en entier. Elle est libre de droits. Elle est ancienne (1906) mais reste intéressante pour le plantes courantes, notamment celles décrites dès 1753 par Linné et dont le statut taxonomique n’a pratiquement pas changé. C’est le cas des géraniums qui nous intéressent.

Revenons à nos autres moutons. Ce n’est pas moins d’une cinquantaine d’espèces que nous aurons observées au cours de la randonnée. Nous vous proposons ci-dessous l’essentiel de notre moisson visuelle. Vous avez rencontré beaucoup de ces plantes dans nos précédentes sorties. Elles ont déjà été mentionnées dans mes précédents comptes rendus mais il est toujours bon de rabâcher les mêmes noms et les mêmes images pour favoriser leur mémorisation.


Fumeterre des murs (Fumaria muralis  ssp. Borei  Sonder ex. Koch)  Fumariaceae
Gaillet gratteron  (Galium aparine  L.)  Rubiaceae
Erodium  ' Bec de grue' (Erodium cicutarium   L'Herit.In Aiton)  Geraniaceae – Le genre Erodium est très voisin du genre Geranium. Leurs fleurs sont également assez semblables à celles des géraniums mais les plantes sont en général plus petites et leurs feuillages très différents. Nota : Selon Gabriel Rivière, 3 espèces d'Erodium forment un complexe de plantes variables à la synonymie compliquée et facilement confondues : E. cicutarium (L.)L'Hérit. ,  E. moschatum (L.)L'Hérit.  et  E. lebellii  Jord.     Les noms Erodium glutineux et Erodium glutinosum sont non valides (Rivière, le CBNB, le MNHN et l'INRA de Dijon 'Flore de France').  En conséquence, considérons si vous le voulez bien, que lorsqu'un Erodium semble glutineux (feuillage ressemblant à celui de l'Erodium cicutarium et légèrement gluant)  la probabilité est qu'il s'agit de Erodium lebellii dont les noms communs sont Erodium de Lebel ou Bec de grue glutineux.  
Epervière pilosella  (Hieracium pilosella L.)  Asteracea Fleur jaune. Feuilles entières lancéolées, couvertes de poils fins.
Porcelle enracinée  (Hypochaeris radicata L.)  Asteraceae

gaillet_gratteron.jpg epervirre_piloselle.jpg porcelle_enracinee.jpg
Gaillet gratteron Epervière piloselle Porcelle enracinée


Plantain lancéolé  (Plantago lanceolata  L.)  Plantaginaceae
Ombilic des murs ou Nombril de Vénus  [Umbilicus rupestris (Salisb.) Dandy]  Crassulaceae  Feuilles en écuelle.
Polypode des murs  (Polypodium vulgare L.)  Polypodiaceae – Fougère en piteux état par le manque d’eau.
Mouron des oiseaux   [Stellaria media (L.) Vill.]  Caryophyllaceae – Petite adventice comestible.

plantain_lanceole.jpg benoite_commune.jpg mouron_des_oiseaux.JPG
Plantain lancéolé Benoîte Mouron des oiseaux


Sabline à trois nervures [Moehringia trinervia (L.) Clairv.]  Caryophyllaceae
Jacinthe des bois  (Hyacinthoides non-scipta)  Hyacinthaceae
Tamier ou ‘Herbe aux femmes battues’ (Tamus communis L.) -
Benoîte  (Geum urbanum L.)  Rosaceae    
Orchis mâle [Orchis mascula (L.) L.]  Orchidaceae

tamier.jpg jacinthe_des_bois.JPG orchis_male.jpg
Tamier Jacinthe des bois Orchis mâle

  
Stellaire holostée   (Stellaria holostea L.)  Caryophyllaceae
Berce  commune (Heracleum sphondylium L.)  Apiaceae
Grande oseille   (Rumex acetosa  ssp. acetosa L.)  Polygonaceae
Cymbalaire (Cymbalaria muralis G. Gaertn., B. Mey. & Scherb.) Plantaginaceae anct. Scrophulariaceae
Cirse des marais [Cirsium palustre (L.) Scop.] Asteraceae
Céraiste aggloméré  (Cerastium glomeratum, Thuill.) Caryophyllaceae    
Cardamine velue  (Cardamine hirsuta L.)  Brassicaceae
Fraisier des bois  (Fragaria vesca L.) Rosaceae

cirse_des_marais.jpg Fraisier_sauvage.jpg ceraiste.jpg
Cirse des marais Fraisier sauvage Ceraiste


Renoncule bulbeuse (Ranunculus bulbosus L.)  Ranunculaceae
Achillée millefeuilles  (Achillea millefolium L.) Asteraceae – Adventice invasive des jardins
Anthrisque commun  (Anthriscus caucalis M. Bieb.)  Apiaceae
Scrophulaire scorodoine  (Scrophularia scorodonia L.) Scrophulariaceae – Fleur rappelant l’image de ‘Mickey’
Œnanthe safranée   (Œnanthe crocata L.)  Apiaceae – Ombellifère toxique

gouet.jpg achillee_mille_feuilles.jpg scrofulaire_a_flls_de_germandreee.jpg
Gouet Achillée millefeuilles Scrophulaire scorodoine


Gouet d'Italie  (Arum italicum Mill.)  Araceae  - Les Araceae sont une famille rare sous nos climats. Leurs fleurs sont composées d’une spathe enveloppant un spadice qui porte les vraies fleurs. Autres exemples : Arum d’Ethiopie ou Zantedeschia, Anthurium, Spathiphyllum …  
Au retour, nous reprenons les voitures pour rejoindre le sentier qui mène au marais de Kerdual. Monique et Michel nous conduisent vers une clairière où un tapis d’orchidées, l’Orchis ‘bouffon’, (Anacampsis morio L.) est présente en nombre et nous offre quelques une de ses variétés, pourpre, roses ou blanche. Nous rencontrons sur le chemin :
Molène 'Bouillon blanc'  (Verbascum thapsus L.) Scrophulariaceae  - Feuilles à l’épais duvet blanchâtre
Trèfle pied d’oiseau (Trifolium ornithopioides L.)  Fabaceae – Très petit trèfle à fleurs blanches
Pavot douteux  (Papaver  dubium  L.)  Papaveraceae

bouillon_blanc.jpg trefle_pied_d_oiseau.jpg pavot_douteux.jpg
Molène "bouillon blanc" Trèfle à pied d'oiseau Pavot douteux


Sauge à feuilles de verveine (Salvia verbenaca L.) Lamiaceae – Extrêmement commune – Fleurs violettes.  synonyme : Sauge faux-horminum (Salvia horminoides Pourr.)
Euphragie à larges feuilles  [Parentucellia latifolia  (L.) Caruel]  Orobanchaceae – Protégée à l’échelon national, bien que très commune dans notre région.
Rosier à feuilles de pimprenelle  (Rosa pimpinellifolia L.)  Rosaceae – Rosier tapissant des dunes.

sauge_fausse_verveine.jpg rosier_flls_de_pimprenelle.JPG bugrane_rampante_maritime.jpg
Sauge à feuilles de verveine Rosier à feuilles de pimprenelle Bugrane rampante


Bugrane rampante  'Arrête bœuf ' [Ononis spinosa ssp. maritima, (Dumort. Ex Piré) P. Fourn.]   Fabaceae - Le cas de la Bugrane, ses sous-espèce et ses variétés, est complexe et loin d'être résolu. Je m'en tiens à la Bugrane validée par Gabriel Rivière (2007). Il faut cependant savoir que vous rencontrerez dans la région deux formes différentes. Une forme prostrée et très épineuse dans les sables littoraux et les dunes grises et une forme plus érigée, peu ou pas épineuse au feuillage duveteux en général dans les arrières dunes et à l'intérieur. Cela sans qu'il soit possible de leur donner pour l'instant un nom scientifique incontestable entre Ononis spinosa et Ononis repens et toutes leurs variantes. (Voir les sites du M.N.H.N.)
Ornithope délicat ou Pied d’oiseau (Ornithopus perpusillus L.) Fabaceae
Petite pimprenelle   (Sanguisorba minor ssp. minor Scop.)  Rosaceae
et bien entendu Orchis bouffon (Anacampsis morio L.)  Orchidaceae  une orchidée parmi les plus communes mais dont les fleurs sont de couleurs diverses. Ici nous en trouvons des pourpres des roses et quelques blanches. En l’absence d’un rouge moins commun.

ornithope_delicat.JPG pimprenelle.jpg orchis_bouffon.jpg
Ornithope délicat Pimprenelle Orchis bouffon


Date de création : 08/05/2017 @ 05:41
Catégorie : Actualités - Plantes et Nature
Page lue 563 fois

Vous êtes ici :   Accueil » Sentier de la Vigie

Conformément à la loi française Informatique et Liberté (article 34), vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant.

Foyer Laïque de Carnac - Association loi 1901 - Tél : 02.97.52.63.48 - foyerlaique.carnac@free.fr