En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Le Bégo - Dunes mortes
 

Actualités

Présentation

Les sections

 ↑  

Rétrospectives

Administration

Visites

 1436627 visiteurs

 6 visiteurs en ligne

Nouveau  Le Bégo - Dunes mortes

PLANTES ET NATURE

Sortie botanique du 04 novembre

Du « Bégo » en Plouharnel aux dunes mortes du ‘Grand site’.

Entre deux dépressions atlantiques nous bénéficions d’un après-midi un peu frais mais ensoleillé alors qu’une très légère brise de noroît aura écarté un grain menaçant.

Nous sommes une douzaine de passionnés à nous être rendu au Bégo, un des sites les plus riches en plantes, dont nous ne lasserons jamais quelle que soit la saison. Cependant, à une date aussi tardive et malgré l’absence de grand froid et des copieuses précipitations de ces dernières semaines, nous observerons beaucoup de plantes dans un état végétatif particulier, vestiges tardifs de l’été, début de cycle des thérophytes bisannuelles ou sursaut des vivaces géophytes.

Le circuit du jour nous conduira dans des milieux différents. Depuis les dunes mortes de la frange forestière, nous gagnerons les dunes grises, leurs mares permanentes ou temporaires de la zone humide arrière-dunaire. Après avoir poussé notre chemin jusqu’aux abords du mur de Rommel, nous reviendrons par la tour d’observation et la pinède des dunes artificielles du Bégo qui cachent de nombreux blockhaus de la dernière guerre.

La batterie du Bego

Le site du Bégo à Plouharnel était sans doute le plus important ouvrage du mur de l’Atlantique. Il était censé s’opposer à un éventuel débarquement des alliés et protégeait l’accès à la rade de Lorient. Celle-ci abritait une base de sous-marins allemands « u-boot », les fameux loups gris de l’Amiral Donitz, qui harcelaient en meute les convois transatlantiques de navires alliés. Les pièces maitresses d’artillerie de la batterie de Plouharnel étaient trois énormes canons Schneider modèle 1912 sur rails, de 340mm et d’une portée de 40 km. Les 180 ouvrages bétonnés insérés dans les dunes abritaient 700 soldats de la Wehrmacht par sections de 60 hommes. Les bunkers étaient pourvus chacun, d’une citerne de 50 m3, d’un groupe électrogène et d’une casemate de munitions.

Le 13 mars 1944, le maréchal Rommel, effectua une visite à Plouharnel. Il demanda alors le renforcement des ouvrages de défense de cet endroit stratégique. A cet effet un long mur de chargement du sable a été construit parallèlement à la plage entre le chemin de Sainte Barbe et la tour d‘observation. Les vestiges de cet ouvrage ont naturellement pris le nom encore usité aujourd’hui de « Mur de Rommel ».

Cependant, quelques mois plus tard, dès le début du mois d’aout 1944, les 700 soldats allemands servant les pièces d’artillerie de Plouharnel, furent assiégés par les résistants du Général français Borgnis-Desbordes à la demande de l’Etat major des alliés. Bien que la reddition de la poche de Lorient ait été signé le 7 mai à Etel, la batterie de Plouharnel sous le commandement d’un officier particulièrement déterminé ne se rendra que le 10 mai 1945, soit deux jours après l’armistice.

Sources : Ouest-France et l’association LBMG.

goupe.jpg

Les plantes que nous avons examinées ce jour là :

Maceron cultivé (Smyrnium olusatrum L.) Apiaceae – Bisannuelle méditerranéo-atlantique grande (40/120) des friches mésoxérophiles. Ombellifère de printemps à fleurs jaune pâle. Feuilles grandes, composées aux folioles rondes à ovales dentelées. Plante entièrement comestible qui a été cultivée dans le passé (Racines, feuillage et fruits verts comestibles). Ses larges folioles évitent de la confondre avec les Apiacées toxiques.
Onagre à sépales rouges (OEnothera glazioviana, M. Micheli in CF.P. Martius) Onagraceae – C’est une espèce extrêmement proche de l’Herbe aux ânes (Oenothera biennis L.) une bisannuelle originaire des Etats-Unis, introduite comme plante ornementale dont le comportement invasif est surveillé, bien qu’il se limite en général aux sols pauvres et aux zones anthropisées. Onagre, désigne aussi un âne sauvage et une machine de guerre ancienne. Dans notre région, l’espèce à sépales rouges est commune alors que l’espèce ‘biennis’ est rare. Cette dernière est cependant en large expansion, notamment dans le quart sud-ouest de la France.
Sporobole tenace [Sporobolus indicus (L.) R. Br.] Poaceae – Herbe vivace 40/80 cm glabre, tige dressée peu feuillée, nue au sommet. Panicules spiciformes étroites 10/25 cm. Surtout sud-ouest. Originaire d’Amérique.

image1.jpg

Roquette jaune ou Roquette sauvage (Diplotaxis tenuifolia L.) Brassicaceae – Plante vivace des sols sableux, et terrains vagues, méditerranéo-atlantique, dans presque toute la France. Comestible. Feuilles inférieures pennatifides, les supérieures entières ou peu divisées. Eurasie centrale et méridionale. Très commune.
Radis maritime [Raphanus raphanistrum ssp. landra (Moretti ex DC.) Bonnier & Layens, 1894) Brassicaceae – Plante annuelle plus souvent bisannuelle en climat doux. Grande rosette de feuilles largement lobées-lyrées la première année et arbrisseau (60/120) la seconde année. Fleurs de crucifères jaune pâle, silique de 2 ou 3 grosses graines. Sous-espèce méditerranéo-atlantique essentiellement des zones littorales.
Roquette

image2.jpg

Molène fausse blattaire (Verbascum virgatum Stokes in With) Scrophulariaceae - Plante vivace des friches ensoleillées, 70/ 200aux grandes hampes florales étroites. Feuilles entières pétiolées. Fleurs jaunes actinomorphes, pédicelles courtes, étamines et pistil colorés de rouge violacé. Méditerranéo-atlantique.
Raisin de mer ou Ephedra (Ephedra distachya L.) Ephedraceae – Sous-arbrisseau psammophile, aphylle, inféodé aux dunes grises, fixées mais aussi à des zones intérieures xérophiles et siliceuses. Tiges rameuses segmentées, ramifiées, rampantes, prostrées, formant parfois des tapis sur les dunes. Plante dioïque anémophile. Connue de la médecine chinoise depuis des millénaires comme bronchodilatateur, on extrayait l’éphédrine de l’espèce voisine Ephedra sinica. L’éphédrine est aujourd’hui un produit de synthèse. Longtemps rangé dans les conifères, l’ordre des Ephédrales qui ne comporte qu’une famille monogénérique (un seul genre) de 60 espèces, est maintenant rangée dans la classe des Gnétophytes. L’Ephedra distachya, est endémique des côtes atlantiques européennes. Le Finistère est sa limite septentrionale.
Ballote noire ou Ballote fétide ou Marrube noir (Ballota nigra ssp. meridionalis L.) Lamiaceae - Plante herbacée vivace (30/85) assez commune, tiges rameuses feuillues jusqu’à la base, feuilles ovales, opposées, gaufrées, à forte odeur de moisi. Fleurs pourpres. Vertus calmantes et anti spasmodiques. Lieux incultes. Europe Asie occ. AFN.

image3.jpg

Mercuriale annuelle (Mercurialis annua L.) Euphorbiaceae - Plante herbacée (10/50), adventice, très commune des cultures. Les fleurs mâles et les fleurs femelles apparaissent sur des sujets différents (plante dioïque) ; la fécondation est assurée par le vent (anémogame) ; la dissémination des graines minuscules (20 μm) est souvent assurée par les fourmis (plante myrmécochore). Plante émolliente et laxative. Europe, Asie occ. et Afr. du Nord.
Vipérine commune (Echium vulgare L.) Boraginaceae - Bisannuelle 30/80 cm, dressée, hérissée de poils raides piquants. Friches xérophiles, lieux secs et pierreux d’Europe, Asie occ. et Maghreb. Belles hampes florales souvent solitaires, de fleurs bleu vif, aux étamines rouges saillantes. Origine Europe mais naturalisée sur les 5 continent

image4.jpg

Bec de grue [Erodium cicutarium, (L.) L’Hérit.] Geraniaceae – Proches des géraniums, les Erodiums (Du grec erodios : héron) sont souvent colonisateurs des pelouses. Plante annuelle, herbacée, basse, velue, tiges rampantes (10/50), rarement ascendantes (10/30) aux feuilles bipennées extrêmement découpées. Petite fleurs roses de Geraniaceae. Plante variable. Originaire de la Méditerranée et de l’Asie occidentale.
Marrube commun (Marrubium vulgare L.) Lamiaceae – Plante vivace, 25/45, herbacée à odeur de thym et ressemblant à la menthe. Feuilles entières, gaufrées, fleurs blanches aux aisselles des feuilles. Lieux secs, friches bords de chemins. Europe AFN Asie.
Molène 'Bouillon blanc’ (Verbascum thapsus L.) Scrophulariaceae - Grande plante bisannuelle 100/250, une des rares rescapées de la famille. Tige forte et feuillage blanchâtre cotonneux en rosette. Hampe florale, haute et souvent à ramifications verticales. Fleurs jaunes actinomorphes. Largement répandue dans l’hémisphère boréal tempéré et subtropical méditerranéen.s.

image5.jpg

Immortelle des sables [Helichrysum stoechas (L.) Moench.] Asteraceae - Sous-arbrisseau calcicole, psammophile d’origine méditerranéenne qui couvre parfois les dunes du littoral atlantique et les sols siliceux du sud-est de la France. Plante des sols pauvres et secs. Puissant anti-inflammatoire (Huile essentielle). Plante à la forte odeur de curry qui embaume l’atmosphère sous le soleil estival. Grandes colonies d’Immortelles des sables sur les dunes fixées (dunes grises) de l’arc dunaire Gâvres – Quiberon. Notamment à l’ouest de Sainte Barbe. Europe sud-ouest.
Petite bardane [Arctium minus (Hill) Bernh.] Asteraceae – Plante annuelle ou bisannuelle arbustive (50/150). Fleurs purpurines en capitule 15/25 mm, munis de crochets permettant la zoochorie. Très rameuse, feuilles ovales, tomenteuses, pétiolés. Bords des chemins et abords des villages – Europe et AFN.
Cardère ou Cabaret des oiseaux (Dipsacus fullonum L.) Dipsacaceae/ Caprifoliaceae - Plante bisannuelle 80/150, Tige robuste sillonnée et pourvue d’aiguillons. Feuilles grandes, lancéolées, en rosette la première année. Fleurs rose-mauve sur grosse tête ovale épineuse. La plante sèche et dure en place un an. Ses infrutescences retiennent l’eau de pluie par capillarité. Les oiseaux peuvent ainsi boire en se posant sur les longues bractées de l’involucre, d’où son nom populaire de cabaret des oiseaux. Europe centre et sud, Asie occ. et Afr. du nord.

image6.jpg

Cynoglosse officinal – Langue de chien (Cynoglossum officinale L.) Boraginaceae – Plante herbacée 30/60, vivace, épizoochore. Feuilles âpres à odeur de souris (froissées). Fleurs rouge-grenat à bleu-violet. Terrains incultes, sableux, ou rocheux, ne dédaigne pas les sous-bois. Médicinale (homéopathie). Toxique pour le bétail. Zones tempérées boréales.
Fumeterre des murs (Fumaria muralis ssp. Borei Sonder ex. Koch) Fumariaceae/ Papaveraceae en Phylogénétique (APG III 2009) – Plante variable, diffuse, dressée ou grimpante, aux feuilles bipennatiséquées, incisés-lobées à segments obovales. Fleurs roses à carmin, longues, étroites (6/11mm) en grappes lâches ou assez denses. Cultures, haies, murs. France sud, ouest et centre. Origine Europe centrale et méridionale, Asie occ ; et Afr. du Nord.
Fumeterre officinale (Fumaria officinalis L.) Fumariaceae / Papaveraceae en phylogénétique (APG III 2009) Plante variable, diffuse ou dressée, rarement grimpante, aux feuilles bi-tripennatiséquées, incisés-lobées à segments oblongs, linéaires plans. Fleurs petites (6/8mm), purpurines ou rosées, longues, étroites en grappes assez lâches. Lieux cultivés dans toute la France. Originaire d’Europe sauf grand nord Asie occ ; et Afr. du Nord. Plante réputée dotée de nombreuses vertus thérapeutiques.

image7.jpg

Troëne commun (Ligustrum vulgare L.) Oleaceae – Arbrisseau commun, 1 à 3 m, tardivement caduc. Feuilles opposées, obovales-elliptiques, entières, glabres au pétiole court. Fleurs banches, petites, serrées, odorantes en thyrses terminales. Baies noires de la taille d’un pois. Bois et haies. Europe sauf grand nord et Asie occidentale.
Polypode des murs (Polypodium vulgare L.) Polypodiaceae – Fougère très commune sur les vieux murs, cette espèce est souvent confondue avec une proche cousine tout aussi commune dans notre région : le Polypode du chêne (Polypodium interjectum, Shivas) qui affectionne les mêmes endroits et tout particulièrement les souches de chêne. De surcroît pour notre malheur, les 2 espèces s’hybrident entre elles. Murs, rochers, troncs d’arbres. Europe, Asie, Afrique et Amérique du Nord
Ajonc ou Ajonc d'Europe Ajonc commun (Ulex europæus ssp. europæus L.) Fabaceae – Arbrisseau épineux (50/200) très commun, emblématique de la Bretagne, reconnaissable à ses fleurs dont les bractéoles sont en majorité > 1.5 mm de large et les ailes dépassent la carène de plus de 1.5 mm. Attention, cet ajonc s’hybride avec l’ajonc de Le Gall et l’hybride est fertile. On peut donc trouver des peuplements de cet hybride. En Bretagne, les jeunes ajoncs au printemps étaient pilés dans des auges en pierre et étaient donnés en nourriture aux chevaux. Ils servaient aussi de litière dans les étables. Beaucoup semée sur talus d’autoroutes.

image8.jpg


Zone humide

Menthe aquatique - Menthe à grenouille (Mentha aquatica L.) Lamiaceae – Menthe des milieux humides. Vivace, aromatique et stolonifère. Europe jusqu’au Caucase et Afrique du nord. Une menthe médicinale très parfumée, indigène en Europe jusqu’au Caucase, en AFN et en Afrique de l’Est. Cultivée en Amérique, en Chine et en Inde. Contient parfois de la ‘menthofurane’ très toxique … en quantité minime. Plante mellifère.
Mouron rouge [Lysimachia arvensis (L.) U. Manns. & Anderb.] Primulaceae – Cette plante herbacée vient d’être reclassée dans le genre Lysimachia. Elle s’appelait précédemment Anagallis arvensis. Petite plante annuelle (10/30), glabre, rameuse, à tiges le plus souvent étalées. Feuillage tendre ; fleurs actinomorphes, rouge-brique parfois bleues. Lieux cultivés et sablonneux. Régions tempérées de tout le globe.
Chlore perfoliée [Blackstonia perfoliata (L.) Huds.] Gentianaceae – Petite plante herbacée annuelle, propre aux sols dénudés, légers, plutôt basiques et humides. Feuilles connées i.e. soudées, entourant la tige. Assez rare. Méditerranéo-atlantique.

image9.jpg

Erythrée élégante / Petite centaurée délicate / Centaurée naine [Centaurium pulchellum (Sw) Druce] Gentianaceae – Petite plante (3/15) assez rare des zones sableuses et humides ; parfois champs argileux et tourbières. Ramifiée dès la base avec de nombreuses fleurs roses proches de celles de C. erythrea. Répartition paléotempérée.

image10.jpg

Saule rampant (Salix repens ssp. arenaria L.) Salicaceae – Très petit arbre (3 à 10 dm) dioïque spécifique des dunes, des tourbières et de certains terrains de montagne. Abondant ou rares selon les régions d’Europe occidentale. Fructification cotonneuse, dissémination anémochore. Réducteur de biodiversité lorsqu’il prolifère.
Choin noirâtre (Schoenus nigricans L.) Cyperaceae – Plante vivace (20/80), glabre à souche courte. Tiges nombreuses, raides, cylindracées, lisses, nues, dont la base porte 2 à 3 feuilles à gaines noires luisantes. Feuilles raides, filiformes-canaliculées allongées, dépassant le milieu de la tige. Epillets par 5/12, lancéolés, réunis en tête.

image11.jpg

Carline commune ou Chardon doré (Carlina vulgaris L.) - Asteraceae – Plante euro-sibérienne vivace ou bisannuelle (15/70), calcicole, qui affectionne les endroits rocailleux et ensoleillés. Feuilles de chardons vrais cotonneuses en dessous. Capitules 10 à 20 mm solitaires ou par 2 ou 3 aux bractées intérieures dorées. Dunes, friches, terrils, ballasts … Europe Asie occ. Et sud Sibérie.
Liondent faux-pissenlit ou Liondent des rochers (Leontodon saxatilis Lam. ssp. saxatilis) Asteraceae – Espèce parfois encore désignée sous le nom de Thrincia hispida Roth. (1797). La détermination des Liondent n’est pas sans poser de problème. Je m’en tiendrais au nom scientifique de Leontodon saxatilis Lam., retenu par Gabriel Rivière auteur de la Flore du Morbihan (Ed. Siloë, 2007) et également retenu dans l’Inventaire National du Patrimoine Naturel (I.N.P.N.) du Muséum National d’Histoire Naturelle qui ne fait pas de différence entre le Liondent faux-pissenlit et le Liondent des rochers. C’est une plante herbacée à capitules jaunes liguliflores. Feuilles hispides, lobées ou pennatifides en rosette basale, tiges florales nues et glabres. Capitules solitaires. Aime les sols siliceux. Commun dans le massif dunaire. Eurasie, Afr. du nord. Une autre espèce est présente dans notre secteur : le Liondent d’automne [Leotodon automnalis L. ssp. Automnalis – Syn. : Scorzoneroides automnalis (L.) Moench] est plutôt inféodé aux milieux plus humides. Le nom de Leontodon taraxacoides n’est plus valide. Il renvoie toujours au nom de Leontodon saxatilis.
Jonc maritime (Juncus maritimus Lam.) Juncaceae – Plante vivace 50/100, fleurs en panicules fournies, lâches, décomposées, souvent dépassées par une bractée piquante. Vases et lieux humides. Assez commun sur tout le littoral français. Plante subcosmopolite.

image12.jpg

Mare

Jonc des chaisiers [Schoenoplectus lacustris (L.) Palla – Cyperaceae – Ancien nom : Scirpus lacustris L. – Plante grande (1 à 3m), vivace, verte à souche épaisse, rampante. Tiges robustes, arrondies, spongieuses. Epillets brun ferrugineux, nombreux, assez gros, ovoïdes en ombelle penchée ou en tête peu ou pas dépassée par la bractée qui termine la tige. Rivières, étangs, mares. Cosmopolite. Jonc à fleurs obtuses ou Jonc noueux (Juncus subnodulosus, Schrank) - Juncaceae – Jonc vivace 20/100 à rhizome traçant. Inflorescence presque globuleuse aux rameaux divariqués (qui partent en tous sens). Feuilles réduites à des gaines en bas de tige. Marais et bords d’eau. Europe Afr.du Nord.
Marisque [Cladium mariscus (L.) Pohl.] Cyperaceae – Un faux roseau des rives et marais. Reconnaissable notamment à ses inflorescences en longue panicule étagée, formée d’ombelles pédonculées, espacées. Feuilles et bractées très coupantes sur les bords et la carène. Présente dans la plupart des régions du monde. Tiges cylindriques et robustes

image13.jpg

Roseau commun [Phragmites australis (Cav.) Steud.] Poaceae - Espèce cosmopolite, constituant de grandes roselières propices à la nidification des oiseaux et à la biodiversité animale en général. Plante vivace (1 à 4m) à rhizomes rampants. Tiges non ligneuses, épaisses (8/15 mm), feuilles longues, larges de 1 à 3 cm, rudes. Panicules longues de 10 à 30 cm. Marais et toutes eaux douces peu profondes. Cosmopolite.
Potamot coloré (Potamogeton coloratus Horn...) Potamogetonaceae – Plante hydrophyte vivace, 40/100cm. Potamot à feuilles minces, longuement pétiolées et à limbe non plié. Epi fructifère dressé 2/4 cm, cylindrique et compact. Fossés, mares, étangs. Europe et Afr. du Nord.

image14.jpg

Arbres et arbustes

Tamaris commun (Tamarix gallica L.) Tamaricaceae – Arbrisseau 1/3 m. Tiges grêles brunes, rougeâtres. Feuilles caduques squamiformes (en écailles) imbriquées, vertes ou gris-vert. Fleurs roses. Plante supportant le sel et le sable, inféodée aux littoraux et spontanée des côtes atlantiques et méditerranéennes.
Pin maritime ou Pin des Landes (Pinus pinaster Aiton) Pinaceae - Originaire du bassin méditerranéen occidental il est classé invasif dans l’hémisphère sud. (Australie, Afrique du sud, Argentine …) Essence introduite en France au début du XVIIIème siècle pour l’exploitation de sa résine et de son bois. Introduit en Bretagne sous le second empire alors qu’il était encore considéré gélif plus au nord. On le trouve aujourd’hui jusqu’au littoral des Hauts de France. C’est un pin à 2 aiguilles, grandes (15/20 cm) et gros cône (10/15 cm). Ce pin calcifuge, élancé et au tronc rarement doit perd ses branches basses naturellement au fur et à mesure de sa croissance. Barochore et zoochore il se naturalise rapidement et sa régénération naturelle est importante au point de porter préjudice au peuplement de chênes comme en Bretagne. Préfère les terrains secs siliceux et les étés chauds mais supporte bien les zones inondées l’hiver. Peu longévif, il ne vit pas plus de 120 ans mais est productif à 25 ans.

image15.jpg

Chêne vert (Quercus ilex L.) Fagaceae – Arbre monoïque variable, 1 à 20 m au feuillage persistant. Feuilles petites (4/10cm), entières, plutôt lancéolées, coriaces, plus ou moins dentées ou épineuses. Fleurs mâles nombreuses en chatons dont le pollen peut provoquer des allergies. Les fruits sont des glands, petits, 1 à 3 cm. Plante des garrigues et des terrains siliceux des littoraux méditerranéens. Sud et ouest de la France, Macaronésie, Bassin méditerranéen ouest, Italie, Croatie, Grèce, Maghreb. Arbre de plus en plus cultivé pour l’ornement et la stabilisation des sols. Naturalisé en Bretagne et sur les côtes atlantiques de climat doux.
Saule roux (Salix atrocinerea Brot.) Salicaceae – Petit arbre dioïque jusqu’à 5 m, proche du saule cendré. Son habitat est sensiblement le même que le saule rampant, cependant plus étendu. Son hybridation naturelle avec d’autres saules n’est pas rare. Eurasie, essentiellement euro-atlantique France/GB/Espagne/Portugal. Syn. nombreux.

image16.jpg


Date de création : 21/11/2021 @ 09:15
Catégorie : Actualités - Sorties Botaniques

Vous êtes ici :   Accueil » Le Bégo - Dunes mortes

Conformément à la loi française Informatique et Liberté (article 34), vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant.

Foyer Laïque de Carnac - Association loi 1901 - Tél : 02.97.52.63.48 - foyerlaique.carnac@free.fr